Ébruiter les méthodes

Rédigé en parallèle d’une thèse consacrée à l’observation entre 1750 et 1850, ce blog est une tentative pour réactiver, dans le monde contemporain, un champ d’étude dans lequel s’illustrèrent les philosophes républicains du début du XIXe siècle, les « idéologues ». Leur approche se caractérisait par l’alliance de trois voies, la critique littéraire, la critique des sciences et la critique sociale, autour d’un objet commun, les méthodes.

On estime trop souvent aujourd’hui que les méthodes et les discours qui s’y rapportent (l’épistémologie, la méthodologie) sont des sujets réservés aux spécialistes, à l’exclusion du reste de la communauté scientifique et à plus forte raison du grand public. Mais cette vision des choses a peut-être causé plus de dommages que de bénéfices. Elle a privé une partie de la société d’un puissant moyen pour appréhender des conflits sociaux ou des débats d’idées. À titre d’exemple, les problèmes que la méthodologie de l’observation aborde depuis deux siècles (qu’est-ce qu’un fait ? y a-t-il des regards neutres ? l’observation perturbe-t-elle la scène observée ?) s’avèrent aujourd’hui essentiels pour éclairer tant des objets médiatiques (les théories du complot, les fake news…) que des concepts militants et scientifiques (le male gaze, l’économie de l’attention…) ou des évolutions culturelles (touchant à l’anthropomorphisme, au post-colonialisme…)

J’investirai donc ce champ de recherche de deux façons :

1) En divulguant les méthodes, tout d’abord. De nos jours, la vulgarisation ne porte plus que sur les résultats de la science. Hormis quelques contre-exemples, les ouvrages grand public dédiés aux méthodes, c’est-à-dire aux moyens de la science, sont rares. Il est pourtant doublement important d’élargir la notoriété des méthodes au-delà du petit cercle des spécialistes. D’abord parce qu’elles peuvent servir de facteurs d’émancipation : dès le Novum Organum de Francis Bacon, elles furent pensées comme une façon de « réformer l’entendement » en le dotant de « nouveaux organes », propres à fortifier ses capacités. Ensuite parce qu’il est crucial d’en saisir les limites. Comment un citoyen peut-il apprécier un sondage s’il n’en connaît pas les biais ? Peut-on comprendre le droit ou les débats religieux sans comprendre les présupposés de toute interprétation ? Les méthodes touchent à toutes les dimensions de la vie quotidienne mais elles ne sont pas infaillibles : leurs faiblesses sont aussi importantes à connaître que leur usage mérite d’être démocratisé.

2) Mais s’il est important de divulguer les méthodes et leur méthodologie en dehors de la science, les échanges en sens inverses sont tout aussi édifiants. Il s’agira par conséquent de comprendre comment les critiques et les polémiques qui traversent une société sont prises en compte à l’intérieure de la science et converties en questions méthodologiques. Beaucoup des biais avec lesquels doivent composer les sciences, en particulier les sciences humaines, prennent leur source dans des problèmes sociaux. Dans l’histoire des sciences, les révolutions politiques ont souvent amené les savants à reconsidérer leurs méthodes. Ces dernières ne sont donc pas des manières d’agir atemporelles et impersonnelles mais des formes d’« expression de la société », pour reprendre des mots qui furent appliqués à la littérature. Les sciences peuvent donc acquérir un surplus de conscience critique en regardant ce qui se passe autour d’elles et tirer des aléas sociaux de nouveaux moyens de se perfectionner

Le programme de ce blog est ainsi résumé par son titre : « ébruiter les méthodes ». Selon la lecture qu’on en fait, le verbe ébruiter peut prendre deux sens : il signifie tantôt « divulguer », tantôt « ôter les bruits », ces petits biais non systématiques qui perturbent la recherche de la vérité. Le pari de ce blog est d’approfondir ensemble ces deux aspects en les étayant l’un par l’autre. Quoiqu’il soit ici surtout question d’épistémologie, la perspective adoptée sera résolument littéraire. J’entrerai dans ces débats à travers les concepts de l’analyse des discours et de la sociocritique. La réflexion sur l’actualité passera ainsi systématiquement par une mise en perspective historique, un détour qui montre souvent à quel point les choix opérés par notre modernité n’étaient ni nécessaires ni logiques. Une attention particulière sera enfin apportée aux prises de parole, aux mots employés ou aux discours tenus, tant il est vrai, comme le voulaient les idéologues du XIXe siècle, que les langues sont déjà en elles-mêmes des méthodes.


2 réponses

  1. TORT Patrick dit :

    Cher Lucien Derainne,

    Je viens de lire avec un grand plaisir votre article sur “L’Effet Darwin”, et je vous en remercie. Je l’ai fait retransmettre aux membres de mon Institut. Espérons qu’il fera son chemin dans les têtes de nos institutionnels. Bien cordialement.

    • Derainne Lucien dit :

      Cher Patrick Tort,
      Quel plaisir de découvrir votre commentaire ! J’espère avoir contribué, à ma petite échelle, à diffuser ces réflexions si importantes. Merci pour vos ouvrages : la lecture de vos livres sur Darwin et sur l’histoire de la notion d’idéologie ont été un vrai plaisir intellectuel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.