Utiliser la « méthode technique » de Condorcet

Cette semaine je me suis intéressé à Condorcet. Je l’avais jusqu’ici très peu lu mais comme je prépare un cours sur le futur au 18e siècle et que je commence en même temps à travailler sur les rapports de la langue à la méthode pendant la Révolution, je n’ai plus le choix : il faut que je me penche de près sur son Tableau historique des progrès de l’esprit humain. Dans cet ouvrage, qui retrace les progrès de l’humanité en dix périodes, c’est surtout la dernière qui m’intéresse : celle qui est consacrée au futur.

J’ai commencé par lire le texte de l’Esquisse, la version publiée du tableau, mais le texte m’a laissé sur ma faim. Trop elliptique et pas très clair. Je suis donc allé plutôt emprunter l’édition de 2004 de l’ensemble des manuscrits consacrés à cet ouvrage, bien plus intéressante à mon sens, notamment concernant les deux points sur lesquels je voulais avoir des renseignements : son projet de langue universelle et sa présentation des « méthodes techniques ».

Une « méthode technique », pour Condorcet, c’est « l’art de réunir un grand nombre d’objets sous une disposition systématique, qui permette d’en voir d’un coup d’œil les rapports, d’en saisir rapidement les combinaisons, d’en former de nouvelles », dit l’Esquisse. Les manuscrits complets du Tableau contiennent un exemple détaillé de méthode technique qui permet de mieux comprendre le concept.

De même qu’un courant d’histoire des sciences se propose de refaire des expérimentations scientifiques suivant les moyens de l’époque pour comprendre ce qui s’y joue, j’aime bien, en étudiant les méthodes du passé, essayer de les appliquer par moi-même pour voir ce qu’elles donnent à l’usage. Certaines, comme l’art de la mémoire, me servent d’ailleurs quotidiennement. J’ai donc essayé de voir ce que donnerait la « méthode technique » présentée par Condorcet si je l’utilisais dans mes propres recherches (c’est d’ailleurs ce que conseille Condorcet lui-même à son lecteur : « j’exhorte ceux qui seraient tentés de faire usage de cette méthode de l’essayer d’abord en petit, sur un objet particulier de recherche, par exemple »).

Tentative de résumé

La méthode technique de Condorcet est une méthode pour organiser un grand nombre d’informations. Elle peut s’appliquer à n’importe quels objets. Comme je suis ces jours-ci en train de faire un état de l’art des recherches consacrées aux rapports littérature-sciences pour le 18e-19e siècles, imaginons que j’essaie d’appliquer cette méthode pour classer toutes mes lectures au fur et à mesure.

La première chose à faire est de constituer un tableau. Horizontalement, on peut mettre autant de colonnes que l’on veut : elles correspondent aux caractéristiques pertinentes des objets que l’on veut classer. Pour mes lectures sur les rapports littérature-science, j’en ai retenues quatre : l’aspect de la science étudié, le type de science, la périodisation, et le type de littérature étudiée. Chacune de ces caractéristiques peuvent alors prendre de 1 à 10 valeurs qu’on indique dans les lignes en-dessous (numérotées de 0 à 9).

Ce tableau, une fois constitué, va me permettre d’assigner un chiffre unique à chacune de mes lectures. Prenons l’exemple du dernier article de recherche que j’ai lu : « Pour un roman du savant (1850-1900) » d’Anne Orset paru dans Romantisme en 2023. Je peux lui attribuer le chiffre 6620. Le premier 6 veut dire que l’article porte sur le « personnel scientifique » (il interroge l’image du savant dans la littérature). Le deuxième 6 signifie que l’article aborde les sciences en général. Le 2 qu’il porte sur le 19e siècle, et le 0 qu’il traite du roman.

Dans l’absolu, ce tableau peut générer des cotes de 0000 à 9999. L’ensemble des résultats possibles tient donc dans un tableau de 100×100.

Dans les faits, comme il me reste un certain nombre de cases vides dans mon tableau de départ, je ne pourrais pas obtenir certains chiffres (notamment tous ceux qui contiennent des 7, des 8 et des 9, ainsi que tous les numéros dont le chiffre des dizaines est 5 ou 6). Si je grise ces numéros, j’obtiens la grille suivante où les cases en blanc correspondent aux cotes que je peux effectivement obtenir étant donné mon système de numérotation.

Au lieu d’avoir ce grand tableau, on peut imaginer que j’inscrive les résultats obtenus dans un cahier de 35 pages, où chaque page correspond à l’un des carrés de 7×7 blancs. J’inscrirai alors la référence bibliographique de l’article que j’ai lu (A. Orset, 2023) à l’endroit qu’occuperait le chiffre 6620 si l’on avait rempli tout le tableau de 0000 à 9999 en commençant en haut à gauche. C’est-à-dire en bas à gauche de la 33e page de mon carnet.

Supposons maintenant que j’ai rempli mon carnet avec toutes mes lectures. Comment le consulter ? Si je veux par exemple retrouver rapidement toutes les études portant sur le roman, il va falloir que je retrouve toutes mes références bibliographiques dont la cote finit par un zéro. C’est très simple : il suffit que je regarde toutes les références bibliographiques indiquées dans la première colonne de chaque page.

Si je souhaite retrouver les références bibliographiques qui portent sur le 18e siècle, il faut que je retrouve toutes les cotes où le chiffre des dizaines est un 2. Ces références sont regroupées dans la 3e, 8e, 13e, 18e, 23e, 28e et 33e pages du carnet.

Suivant le même principe, si je veux consulter toutes les études portant spécifiquement sur les rapports littérature-médecine, il me suffit de consulter la quatrième ligne de chaque page.

Enfin, si je veux retrouver mes lectures portant sur l’éthique, il faut que je regarde toutes les cotes commençant par 3, c’est-à-dire les pages 21 à 25 du carnet.

On le voit, cette méthode technique permet de classer efficacement un grand nombre de données. Même si Condorcet n’en parle pas, elle permet aussi un travail collaboratif puisque le critère de classement est objectif. En revanche, elle suppose des critères d’identification bien disjoints : si je rencontre un article qui parle à la fois de roman et de poésie, la seule façon de le classer est de lui attribuer deux cotes. Par ailleurs, l’ajout d’un critère augmente très rapidement le nombre de pages nécessaires.

Dans une conférence sur le Tableau historique disponible sur youtube, Pierre Crepel suggérait que Condorcet avait lui-même pu utiliser une semblable technique de classement pour composer son ouvrage (voir à partir de 25:00 mn sur la vidéo). Et de fait, Condorcet indique qu’il s’agit d’un usage possible de sa méthode : « on peut encore s’en servir dans la composition d’un ouvrage dont il faut d’abord rassembler les matériaux […] ». Peut-être qu’on pourrait alors retrouver les contraintes spécifiques à cette méthode (notamment la disjonction des critères) dans l’écriture même de l’Esquisse d’un tableau historique des progrès humains ?



Citer ce billet
Derainne Lucien (2023, 28 octobre). Utiliser la « méthode technique » de Condorcet. Ébruiter les méthodes. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzok

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search