Journal de recherche. Novembre 2023

[page évolutive]

Sommaire

Enseigner le XIXe siècle ; Conversation animée avec Noam Chomsky ; La langue universelle toujours ; “Tilt” ; Hypothèse Sapir-Wholf ; Allitération et erreurs de prononciation ; Positivisme de nos programmes scolaires ; Préjugés ; Vocations par répulsion ; la définition esthétique de l’objectivité ; Le Théorème de Marguerite ; Le lyrisme ; Philosophie du stream ; Ce journal ; Nos métaphores ; Les publicités négatives ; Les personnages secondaires stéréotypés ; Le devoir de génie ; La Vie profonde ; une histoire littéraire de la sténographie ? ; les méthodes sont des couverts.

30 novembre 2023. Passionnante journée d’étude à Strasbourg sur les problèmes posés par l’enseignement de la littérature du XIXe siècle, notamment des passages racistes, sexistes, etc. C’a été l’occasion de riches débats sur l’origine des réactions morales que provoquent ces textes, réactions morales qui peuvent enrichir notre compréhension de la littérature de l’époque mais qui peuvent aussi parfois pousser à l’autocensure ou à la réécriture problématique d’œuvres du passé. Ce sont indéniablement des questions difficiles. Personnellement (mais ce n’est pas un avis définitif), je tends à penser qu’il est contre-productif de critiquer le passé pour lui-même (par exemple en insistant sur les passages problématiques d’un texte) si cela revient à donner bonne conscience au présent, sûr d’être supérieur à ce qu’il juge et d’avoir raison moralement. Je préfère considérer que ce n’est pas le passé qu’il est urgent de critiquer mais bien le présent, car lui seul peut être encore changé. Cela signifie qu’il faut trouver une façon de lire et d’enseigner les textes du XIXe siècle qui nous amène à avoir un regard critique sur notre propre monde. Les réflexions de Michel Foucault sur la généalogie fournissent de bonnes pistes pour comprendre cet usage critique du passé.

28 novembre 2023. Visionnage du film Conversation animée avec Noam Chomsky de Michel Gondry. Je l’avais vu il y a longtemps, à sa sortie, alors que j’étais en prépa et j’étais curieux de le revoir maintenant. J’aime beaucoup le format du film, tout en animation et où l’échange entre les deux personnages est une vraie conversation et pas une interview à sens unique. En revanche, la théorie linguistique de Noam Chomsky, telle qu’il la résume ici, me laisse perplexe. J’ai l’impression qu’en l’écoutant parler, j’avais sans cesse des voyants rouges qui s’allumaient dans la tête : “innéisme”, “smart people“, “comme la révolution de Galilée”, “l’évolution”… Le résumé qu’il en donne semble évacuer joyeusement tous les aspects sociaux du langage. Peut-être faudrait-il aller la lire dans le texte : je crois que cette théorie a pignon sur rue aux Etats-Unis, donc il doit y avoir quelque chose de plus que ce qu’il en dit dans le film. C’est peut-être aussi une déformation professionnelle de ma part, travaillant sur les rapports science-littérature-politique dans l’histoire, d’entrevoir les conséquences idéologiques et les récupérations possibles d’une théorie scientifique avant même d’avoir pu en juger la validité.

27 novembre 2023. Dans le roman Babel 17 : le mot anglais foxhole contient plus d’informations que son équivalent français terrier. En poussant ce principe, on pourrait imaginer une langue chargée d’informations : c’est le principe des langues universelles philosophiques à la Leibniz ou à la Condorcet.

26 novembre 2023. L’expression “ça a fait tilt” a quelque chose de fascinant. Elle représente le bruit d’une idée d’une manière que tout le monde comprend. C’est une onomatopée de la pensée qui éclot.

24 novembre 2023. lecture de quelques articles sur l’hypothèse de Sapir-Whorf, selon laquelle notre langue oriente notre pensée et notre façon de percevoir le monde. Cette idée a donné lieu à des recherches passionnantes mais discutées autour des couleurs (les Grecs anciens, qui n’avaient pas de mot spécifique pour le bleu voyaient-ils cette couleur ?), du temps (les utilisateurs d’une langue qui peut exprimer le futur par une forme verbale au présent ont-ils le même rapport au temps que ceux qui doivent l’exprimer par une forme spécifique ?). Mais c’est peut-être accorder beaucoup d’importance à la langue aux dépens des récits, des histoires et des représentations collectives. Notre vision du futur, par exemple, me semble bien plus structurée par les récits de l’apocalypse ou du progrès que par les formes verbales du français.

23 novembre 2023. Les programmes scolaires de français semblent reproduire l’idée du positivisme d’Auguste Comte selon laquelle l’évolution de l’humanité reproduirait les étapes de l’évolution de l’individu (enfance, adolescence, maturité, etc.). Ainsi on parle des mythes de l’Antiquité aux sixièmes, des fables du Moyen-Age aux cinquièmes, jusqu’au roman moderne aux troisièmes.

Dans un exposé entendu : “pour le meilleur ou pour le mire”. Très souvent, nos fautes de prononciation viennent du fait qu’on anticipe ou qu’on répercute un son présent à côté du mot dans la phrase. Dans ce cas l’allitération (cette figure de style qui répète le son d’une même consonne dans une phrase comme dans pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes) pourrait aussi être une façon de réduire les risques de prononciation et de favoriser la déclamation.

18 novembre 2023. Dans une chronique radiophonique, Lélia Véron expliquait que parmi les critères qui nous poussent à mettre toujours le même mot devant l’autre dans des paires coordonnées (on dit jambon-beurre et pas beurre-jambon) intervenait souvent la question de la hiérarchie supposée d’un terme sur l’autre. Le fait que l’on dise plus spontanément “mari et femme” que “femme et mari” révélerait ainsi les préjugés dont nous héritons inconsciemment. J’ai repensé à cette chronique alors que j’étais en train d’écrire un article qui porte en majorité sur le romantisme haïtien et un peu sur le romantisme français. Dans mes brouillons je l’avais spontanément intitulé “…dans les romantismes français et haïtien” parce que cela sonnait mieux. Mais ce choix apparemment esthétique, à bien y réfléchir, n’est évidemment qu’une manifestation d’un préjugé latent selon lequel le romantisme français serait plus important que le romantisme haïtien. Il est impressionnant de voir à quel point ces choses-là sont ancrées profondément. C’est-à-dire pas seulement dans la langue mais dans notre sentiment esthétique lui-même, qui nous pousse à trouver que “français et haïtien” sonne mieux que “haïtien et français”.

14 novembre 2023. La Rabouilleuse de Balzac commence par une réflexion très riche sur le fait de “trouver sa vocation” ou d’être attiré par un domaine plutôt qu’un autre : “On n’a pas assez étudié les forces sociales qui constituent les diverses vocations”. Parmi les quelques idées suggérées, il y a notamment le fait qu’il existe des vocations non par attirance mais par répulsion, des vocations qui servent avant tout à s’arracher de son milieu. Tout un pan de la sociologie actuelle a exploré cette idée (comme dans Retour à Reims de Didier Eribon).

13 novembre 2023. Tout le monde associe le mot objectivité avec la science. Pourtant, le dictionnaire Littré en donne avant tout une définition esthétique : “Terme néologique de littérature et de beaux-arts. Perfection du style, du dessin, de l’exécution en général, qui fait qu’un objet d’art prend une existence individuelle et un caractère tout à fait indépendant des idées particulières de l’auteur. L’objectivité est très puissante dans Shakespeare, dans Molière.” Comme beaucoup d’autres notions, l’objectivité doit être éclairée à la fois par l’histoire littéraire et par l’histoire des sciences.

12 novembre 2023. J’aime les maths, le mah jong, je suis en train de lire l’essai littéraire d’Alexandre Grothendieck sur la création en mathématiques : tout me poussait à aller voir le film Le Théorème de Marguerite d’Anna Novion, histoire d’une doctorante en mathématique qui s’efforce de démontrer une conjecture redoutable et qui joue au mah jong pour payer son loyer. J’avais peur que le film n’utilise le mah jong pour “justifier” la recherche mathématique, sur le mode vous voyez bien que les mathématiques peuvent servir à quelque chose puisqu’elles permettent de gagner au mah jong. Heureusement, le film évite cette chausse-trappe. Un détail amusant à cet égard est la main avec laquelle Marguerite gagne une partie.

Cette main n’est pas une combinaison gagnante standard mais ce qu’on appelle un “grand jeu”, c’est-à-dire une main de prestige (ici réunissant tous les vents). Cette main est tout à fait contradictoire avec l’argument du film, puisqu’il ne suffit évidemment pas d’être bon en probabilités pour pouvoir la réunir (c’est un peu l’équivalent d’un carré d’as au poker : il n’y a qu’une seule façon de l’obtenir). Si la réalisatrice l’a choisie, j’imagine c’est plutôt parce que contrairement aux autres tuiles du jeu (les bambous, les cercles), ces tuiles-là ressemblent à des symboles mathématiques. Le mah jong cesse alors de devenir une simple “application” possible des mathématiques pour devenir un symbole de cette activité qui consiste elle aussi à combiner des signes en prenant en compte à la fois des critères d’efficacité et d’esthétique.

11 novembre 2023. Peut-être qu’une façon simple et amusante d’expliquer les théories du lyrisme en littérature (par exemple celle d’Henri Meschonnic) serait de faire une comparaison avec ces phrases d’encouragement que se murmurent à eux-mêmes les sportifs. Par exemple dans les compétitions de ping-pong : “reste à la table”, “reste concentré”, “allez, tu peux le faire”, etc. Ce qu’illustrent les phrases de ce type, c’est qu’il ne suffit parfois pas de vouloir intérieurement une chose pour pouvoir mais qu’il faut parfois en passer par une extériorisation. Ces sportifs doivent recourir au langage oral pour agir sur leur propre esprit. Il y a bien quelque chose de cet ordre-là qui se joue dans le lyrisme poétique : ce n’est pas seulement une expression des sentiments intérieur mais une façon d’en passer par le langage pour se façonner soi-même en tant que sujet.

10 novembre 2023. En un sens, les streamers, sur internet, sont confrontés au même problème que me pose ce journal et que j’évoquais hier. Il m’est arrivé d’en regarder qui jouaient au go ou aux échecs en commentant en direct leurs stratégies et leurs choix. Le paradoxe, c’est que la stratégie qu’ils peuvent expliciter à l’oral est toujours bien plus réduite que celle à laquelle ils auraient pu penser, de manière plus intuitive et moins facile à transmettre. Et comme ils se sentent obligés de respecter cette stratégie qu’ils explicitent eux-mêmes, ils finissent toujours par jouer beaucoup moins bien que s’ils n’avaient pas parlé. Dans la recherche aussi, si l’on commentait tout ce que l’on fait jour après jour, j’ai l’impression qu’on se priverait de tout un savoir tacite et de cette maturation progressive des idées qui est si importante. (A ce sujet, il faudrait que je lise un jour les livres de Michael Polanyi sur le savoir tacite en science…)

9 novembre 2023. En lançant ce journal, mon idée de départ était de donner un aperçu de la recherche telle qu’elle se fait, en rendant compte de l’avancée progressive de mes idées et en parlant du moment où elles s’inventent. Mais je me rends compte que je me contente en fait de noter des idées qui se situent à la marge de mes vrais travaux, des pistes dont je sais que je n’aurai pas le temps de les développer. J’ai été frappé par ce décalage en lisant hier, dans Récoltes et semailles, un passage où Alexandre Grothendieck s’interroge sur ce qu’il appelle une “conspiration du silence” : le fait qu’aucun scientifique ne parle de la science en gestation. En y réfléchissant, je crois que mes propres scrupules à consigner ici l’avancée de mes vrais projets de recherche tient à une peur. J’ai peur que noter des idées qui sont encore en train d’évoluer revienne à les figer. Je me souviens qu’il y a une maxime qui pointe ce danger dans le Journal de Jules Renard, et c’est quelque chose que je ressens très profondément. J’ai besoin que mes hypothèses de travail restent de simples pensées, afin de pouvoir m’en débarrasser ou les corriger à ma guise. J’ai l’impression qu’en les notant, je leur donnerai trop d’importance et je serai moins libre d’y réfléchir par la suite.

8 novembre 2023. Il est vraiment difficile d’être cohérent avec ses images, ou d’accorder ses métaphores avec sa vision du monde. C’est évident dans la communication sur l’écologie. Très souvent, les messages en faveur de la sobriété recourent sans s’en rendre compte à des images empruntées à l’imaginaire productiviste de la concurrence. Par exemple, le logo du plan de l’ONU pour la sobriété, “race to zero” me fait davantage penser à une course de voitures futuristes qu’à un effort pour moins produire…

Dans le même genre, j’ai regardé hier le film Je suis une légende qui prétend (dans sa dernière demi-heure) diffuser un message d’amour universel à la Bob Marley alors que le scénario est plutôt : comment éviter les zombies tueurs qui me sautent dessus en hurlant ?… Je ne suis même pas sûr que les producteurs y aient vu une contradiction.

7 novembre 2023. Pour les besoins d’une notice d’un projet en cours, je me lance dans une réflexion sur les emplois rhétoriques du chiffre zéro dans notre société. Il est notamment intéressant de réfléchir au fonctionnement des publicités “négatives” : sans bisphénol A, sans nitrite de sodium, sans huile de palme, etc. La publicité laisse entendre qu’il est vertueux de se passer de ces substances, mais ne précise pas pourquoi, ce qui permet au consommateur d’y projeter ce qu’il veut : un tel considérera qu’un produit “sans huile de palme” est bon pour la santé, un autre qu’il est bon pour l’environnement. La force de ces publicités tient à ce que la négation présuppose. Pendant mes études, j’avais été passionné par le livre d’Oswald Ducrot, Le dire et le dit sur la présupposition. Une présupposition est une idée qui est dite sans être dite et sans pouvoir être contestée : ainsi, la phrase Pierre a arrêté de fumer présuppose que Pierre fumait. Or, la négation présuppose, de manière étonnante, l’affirmation opposée. Affirmer par exemple que Le Front national n’est pas un parti raciste laisse paradoxalement entendre qu’on aurait pu penser le contraire : bien maniée, la négation peut être un moyen, assez subtile, pour instiller en douce une idée sans l’affirmer frontalement pour autant. Dire d’un biscuit qu’il est “sans huile palme” est de même une façon de présupposer tout un discours : “il aurait été plus facile d’utiliser de l’huile de palme (mes concurrents ne s’en privent pas) mais moi qui suis vertueux et qui me soucie de la planète et de votre santé j’ai fait l’effort de trouver une recette exigeante, etc., etc.

6 novembre 2023. La question des personnages secondaires devrait absolument être abordée dans un cours de français. Très souvent, dans les fictions d’aujourd’hui, le personnage principal échappe aux stéréotypes ambiants mais on retrouve ces derniers dans le personnage secondaire, ami du héros : le « gros rigolo », le « noir naïf-sympa », etc. Il y a tout un travail de déconstruction politique à faire ici. [Réflexion à contre-balancer avec les usages intelligents et éthiques des personnages secondaires : nous avions travaillé collectivement sur ce point avec les étudiants de Strasbourg l’année dernière, dans ce billet de blog.]

5 novembre 2023. Je parcours par curiosité le début de Récoltes et semailles, sorte d’énorme essai littéraire écrit par le mathématicien Alexandre Grothendieck. Je suis frappé de voir réapparaître, dans la description de son propre génie (dont il est très – trop ? – conscient), des formules très proches de celles qu’utilisait la littérature du 19e siècle pour décrire le génie scientifique. Par exemple, ce passage :

Bien souvent, notions et énoncés s’agencent de façon si parfaite, qu’il ne peut y avoir aucun doute dans mon esprit qu’ils ne soient corrects (à des retouches près, tout au plus) – et souvent alors, quand il ne s’agit d’un “travail sur pièces” destiné à publication, je me dispense d’aller plus loin, et de prendre le temps de mettre au point une démonstration qui bien souvent, une fois l’énoncé et son contexte bien vus, ne peut guère être qu’une question de “métier” […]. (tel, 2022, p. 35)

… me fait beaucoup penser à cette idée exprimée par Balzac dans Théorie de la démarche :

La nature et la force de leur génie les contraignent à reproduire dans leurs œuvres leurs propres qualités. Ils sont emportés par le vol audacieux de leur génie et par leur ardente recherche du vrai vers les formules les plus simples. Ils observent, jugent, et laissent des principes que les hommes minutieux expliquent et commentent.

La question est de savoir si cette ressemblance vient du fait qu’il y aurait quelque chose de réel et d’intemporel, le “génie scientifique”, que Balzac décrirait fidèlement, ou (comme c’est plus probable) si les individus qui sont désignés comme “géniaux” ne se sentent pas plutôt obligés de correspondre aux discours préexistants sur le sujet. Peut-être que lesdits “génies” performent les textes écrits sur le génie… Wittgenstein parlait ainsi d’un “devoir de génie”, comme une norme ou une attente à laquelle l’individu s’efforcerait de correspondre.

4 novembre 2023. Lecture de La Vie profonde (2023) de David Wahl, compte rendu littéraire d’une expédition océanographique. Il y a un passage très frappant sur des colonies de crevettes qui vivent immobiles dans les abysses, juste à la bonne distance d’une cheminée qui recrache de l’eau bouillante chargée de sulfures. Elles doivent rester près d’elle car elles vivent en symbiose avec des bactéries qui se nourrissent des sulfures, mais elles ne peuvent pas approcher trop près à cause de la chaleur. L’écrivain les compare alors à un passage du Paradis de Dante qui décrit les êtres bienheureux en train de contempler une rose céleste. Cela me fait penser à un autre rapprochement philosophique que j’aime beaucoup dans les Souvenirs entomologiques de Jean-Henri Fabre, où le savant crée artificiellement un cercle de chenilles processionnaires, et se rend compte qu’elles tournent alors sur elles-mêmes indéfiniment, jusqu’à épuisement. Il en tire quelques pages magnifiques sur la condition humaine.

3 novembre 2023. Ces derniers temps, je croise sans cesse des références à la sténographie. Elle joue par exemple un rôle narratif très important dans Dracula, puisque le journal d’un des narrateurs est censé être écrit en sténographie afin que seule son épouse puisse le lire. Il y a aurait peut-être quelque chose à faire sur la sténographie et la littérature… La sténographie moderne est vraiment mise au point pendant la Révolution française, à une époque où l’on invente toute une série de “codages” : pour le télégraphe Chappe, chez Condorcet, dans le Journal de Benjamin Constant, etc. C’est vraiment un signe d’époque sur lequel il faudrait se pencher un jour.

2 novembre 2023. Une bonne comparaison à utiliser : les méthodes sont comme des couverts. Il serait très pénible d’essayer de manger des frites à la petite cuillère ou une soupe aux poireaux à la baguette. Pédagogiquement, cette image évite deux idées fausses : il faudrait inventer une méthode spécifique pour chaque nouvel objet (on peut pourtant utiliser la même fourchette pour manger des plats différents) ou il faudrait utiliser une seule méthode pour tous les objets (comme utiliser les mathématiques pour “attraper” des phénomènes esthétiques). même si historiquement c’est plutôt le second défaut qui est avéré dans les sciences, je me demande si l’on ne voit pas de plus en plus une tendance pour le premier (créer une méthode spécifique à l’objet) dans l’anthropologie récente…



Citer ce billet
Derainne Lucien (2023, 3 novembre). Journal de recherche. Novembre 2023. Ébruiter les méthodes. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzol

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search