La méthode de la prise de notes

Rétrospectivement, il me semble que la chose la plus utile de toutes celles que j’ai apprises durant mes études ne m’a été transmise par aucun enseignant : il s’agit de la prise de notes. Je suis persuadé que c’est une méthode encore mal comprise qu’on gagnerait à intégrer plus explicitement dans les cursus  dès la première année de licence voire dès la seconde.

Si je dis que la prise de notes est encore mal comprise, c’est qu’à mon avis on lui attribue souvent la mauvaise fonction. On dit généralement : la prise de notes sert à écrire plus rapidement et permet donc de noter un cours ou une conférence en même temps que le professeur parle. Je crois que c’est fondamentalement une erreur. La bonne façon de noter un cours n’est pas d’essayer d’écrire aussi vite que la parole ; c’est plutôt de faire l’effort de comprendre et de synthétiser l’information avant d’écrire ces points essentiels. Si l’on effectue ce travail de synthèse au préalable, la prise de notes n’est plus vraiment utile puisqu’on a le temps d’écrire en toutes lettres ce que l’on veut retenir. En bref, la prise de notes n’est pas de la sténographie.

Pour bien comprendre la prise de notes, il faut, je crois, inverser la perspective en considérant que cette méthode ne sert pas à écrire plus vite mais à lire et comprendre plus vite. C’est la véritable fonction d’une prise de notes bien maîtrisée : elle doit permettre d’accélérer la révision, de clarifier la pensée et de faciliter la prise de parole à l’oral.

Cela signifie qu’un bon système d’annotation n’est pas forcément plus rapide à écrire que l’écriture normale mais qu’il est plus facile d’en ressaisir le sens d’un regard. Paradoxalement, cela peut même passer par l’ajout de certains signes : par exemple souligner tous les noms de personnes d’une vaguelette, entourer les dates, encadrer les concepts, etc.

Cela signifie aussi qu’on ne peut acquérir que très progressivement la prise de notes, car il faut que chaque nouveau signe introduit soit absolument transparent aux yeux de celui qui l’utilise. Si l’on hésite une microseconde pour se rappeler, par exemple, que le signe Ǝ veut dire « il existe », cela n’ira pas. Afin de se forger un système efficace de prise de notes, il faut donc procéder lentement, en ajoutant de nouveaux signes que lorsque les précédents sont parfaitement clairs. C’est l’affaire de plusieurs années (d’où l’importance de commencer tôt, dès le lycée).

Les procédés habituels de la prise de notes sont de plusieurs types :

  • Remplacer un mot courant (dans votre discipline) par un signe, un idéogramme.
  • Supprimer les lettres de fin (personnellement je n’utilise presque pas ce système)
  • Trouver des mises en page spécifiques révélant l’articulation des idées entre elles : opposition, objection à un argument, lien de conséquence, liste d’éléments équivalents, etc.
  • Jouer sur le visuel pour indiquer la hiérarchie des informations en s’approchant d’une quasi carte mentale.
  • Ajouter des signes ou des couleurs identifiants le type d’élément (nom de personne, date, concept, définition, question,  …)

Même si on peut s’inspirer de systèmes existants, il vaut mieux inventer sa propre méthode et son propre dictionnaire. Votre prise de notes reflétera mieux ainsi votre façon de penser et vos préoccupations.

Voici, par exemple, comment j’aurais pris en note le texte ci-dessus :

On voit que le grand avantage d’un système de prise de note performant est de hiérarchiser les informations importantes. C’est ce qui le rend incontournable à l’oral. Non seulement, il permet de ressaisir une idée d’un regard et donc de laisser ensuite du temps pour regarder les personnes auxquelles on s’adresse, mais il facilite surtout énormément la gestion du temps. Contrairement à un texte écrit (y compris avec des abréviations), un texte pris en note peut être très facilement élagué d’autant d’éléments qu’il le faut.  Si l’on me demande de réduire la présentation précédente de moitié, il me suffit de passer toutes les informations qui sont visuellement à la marge.

Même chose si l’on me demande de résumer mon propos en 10 secondes : un seul regard sur ma feuille me suffit pour voir ce qui est essentiel.

C’est en ce sens que la prise de notes facilite aussi la révision. En plus d’aider la mémoire visuelle, elle permet de se concentrer sur l’essentiel lorsqu’on relit un cours. Toutefois, ceci ne peut marcher que si le système d’annotation est complétement transparent pour son utilisateur. Mieux vaut donc commencer en introduisant une petite dizaine de signes par trimestre en attendant d’être complétement familiarisé avec eux pour en ajouter de nouveaux. Lorsqu’on perfectionne cette méthode d’année en année, on finit par maîtriser une langue tout à fait personnelle, qui épouse parfaitement notre pensée. À ce titre, la prise de note a aussi un aspect utopique, qui n’est pas sans rappeler les projets de « langue universelle » de philosophes comme Condorcet ou Leibniz.

Pour aller plus loin, je vous joins ici le power-point d’un cours sur la prise de note proposé en seconde, dans lequel vous trouverez de nombreux exemples empruntés à des étudiants réels de Master 2.



Citer ce billet
Derainne Lucien (2023, 12 novembre). La méthode de la prise de notes. Ébruiter les méthodes. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzom

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search