Journal de recherche. Décembre 2023

Sommaire

Illusions perdues ; Giphantie ; Littérature et infographie ; Le plaisir de changer d’avis ; Se répéter ; La Découverte australe ; Les étudiant.es de lettres ; L’An 2440 ; L’écologie du savoir ; Le Tableau philosophique de la mer ; Power-Point ; Réalisme et dessins animés ; Enquête PISA ; La seconde loi de la thermodynamique ; Statistiques littéraires

19 décembre 2023. Revu les Illusions perdues (2021) de Xavier Gianoli, une adaptation de Balzac que j’aime beaucoup. Une expression de la voix-off me frappe : “il faut avoir tout vu et tout vécu pour imposer au monde son illusion particulière”. C’est un mélange malin de la préface de La Peau de chagrin et de la préface de Pierre et Jean de Maupassant (d’où est tirée l’expression “illusion particulière”). Même si elle est donc anachronique, c’est très bien vu de replacer cette expression dans un film intitulé Illusions perdues !

17 décembre 2023. Pour continuer dans les utopies fantastiques du 18e siècle après L’An 2440 et La Découverte australe, j’ai lu hier soir Giphantie (1760) de Charles Tiphaigne de la Roche. Le narrateur découvre par hasard le pays des esprits élémentaires qui lui font découvrir leurs inventions incroyables. Le livre est connu pour contenir une anticipation très frappante de la photographie, dont le procédé est décrit en détail. De manière très intéressante, alors que le héros est en admiration devant une immense photographie de mer, l’esprit qui lui sert de guide le met en garde en lui expliquant qu’il ne doit pas s’arrêter au réalisme de l’image mais qu’il doit aussi en percevoir le sens allégorique. Je n’avais pas repéré ce roman lorsque j’ai fait ma thèse sur l’histoire de l’observation mais le narrateur se décrit bel et bien comme un observateur dans le chapitre “Nil admirari” (“Mon désir serait d’observer tout et de ne m’occuper de rien. etc.”) à une époque où ce vocabulaire n’est pas encore très fréquent. La fin du roman, qui voit le héros projeté dans une rivière au centre de la terre pourrait constituer le programme d’une belle lecture publique avec Voyage dans le cristal de George Sand et Voyage au centre de la terre de Jules Verne. A proposer un jour au musée de la mine de Saint-Étienne ?

16 décembre 2023. J’ai passé les 4h de train que je devais faire aujourd’hui à fabriquer différentes formes d’infographies pour mes cours et pour des dossiers administratifs. Même si mes talents dans ce domaine sont très limités, j’aime beaucoup l’infographie. L’année dernière, j’avais lu avec beaucoup de plaisir l’Atlas Molière qui ose s’emparer d’un auteur canonique avec les outils de cette discipline. La présentation du livre est très inspirante et cela donne de bonnes idées de présentations pour les cours. (Dans le même genre, il faudrait que j’aille lire un jour l’ouvrage paru l’année dernière, La Littérature, une infographie, d’Alexandre Gefen et Guillemette Crozet).

15 décembre 2023. Il y a un vrai plaisir à se déprendre d’un préjugé, à corriger ce que l’on croyait savoir du monde. Peut-être même que ce plaisir est si fort que certaines personnes, pour le ressentir à nouveau, peuvent aller jusqu’à réhabiliter un préjugé (en revenant par exemple à la magie contre la rationalité), le plaisir de changer d’avis l’emportant alors sur celui d’être dans le vrai.

14 décembre 2023. Dans Jeu de construction, l’artiste Paul Cox évoque (d’après Dubuffet) « les productions répétitives des artistes dont l’œuvre n’est que leur propre publicité ». C’est un travers qui menace peut-être encore plus les chercheurs que les artistes.

12 décembre 2023. Lecture de La Découverte australe (1781) de Rétif de la Bretonne, improbable roman racontant comment un homme invente des ailes mécaniques et s’en sert pour explorer les îles des antipodes, peuplées de créatures mi-homme mi-bête. L’ouvrage est assez perturbant à lire de nos jours. Rétrospectivement, le rapport du découvreur aux peuples qu’il côtoie nous semble évidemment colonialiste : il enlève par exemple à chaque fois un couple d’homme et de femme sauvages pour les éduquer. Mais plusieurs éléments déjouent aussi ce schéma. Ainsi, le héros met en place une politique de mixité sexuelle destinée à produire le plus de métissage possible entre les différentes races d’homme. Enfin, le roman se conclut lorsque le héros découvre un peuple qui lui est supérieur en technologie et en sagesse, les mégapatagons. Le système politique de ces géants est une préfiguration étonnante du communisme, et l’un des savants locaux Noffub (le “Buffon” des antipodes !) condamne la colonisation auquel s’est livré Victorin en lui expliquant qu’il aurait mieux fait de laisser les autres peuples tranquilles.

11 décembre 2023. Lecture de la thèse de Mathieu Rossignol-Brunet disponible sur HAL concernant les étudiant.es qui font des licences en humanités. Nous ne sommes plus dans la situation des années 1960 décrite dans Les Héritiers. Les étudiant.es en lettres sont nombreux à venir de milieux populaires, même si une frange reste issue des milieux très favorisés : “une fraction des classes supérieures côtoie les classes moyennes et populaires” (caractéristiques que je trouve personnellement très positive). Les étudiant.es sont majoritairement (>70%) des filles, allant avec l’image d’une discipline féminine (ce qui, vrai ou faux, devrait, je pense, lui profiter dans les années qui viennent avec la revalorisation en cours de compétences prétendument féminines comme le care). Dans le choix de l’université par les étudiantes, la proximité territoriale compte beaucoup, mais on a aussi une influence des formats pédagogiques innovants et du classement de l’INUC (dans lequel — note personnel — les universités de province font la course en tête, surtout si l’on regarde les résultats en “valeur ajoutée”). Parmi les motivations, l’intérêt pour la discipline et son caractère émancipateur sont essentiels, même si la question des débouchés reste une préoccupation forte. Dans les entretiens, plusieurs étudiantes de lettres témoignent de leur attrait pour l’écriture (point sur lequel la formation peut être en décalage). Ce portrait du public en lettres me paraît stimulant : par sa situation, la licence de lettres peut être aujourd’hui porteuse de valeurs méritocratiques et émancipatrices qu’il nous faut assumer avec joie plutôt que d’enseigner pour un “honnête homme” idéal, comme le faisaient certains de mes professeurs à l’époque.

10 décembre 2023. Lecture de L’An 2440 de Louis-Sébastien Mercier, l’un des premiers romans d’anticipation français, paru en 1771. Une chose est frappante, quand on le compare à un autre grand roman d’anticipation, Le monde tel qu’il sera d’Emile Souvestre (1846). Les citoyens de l’an 2440 savent tout du XVIIIe siècle : ils ont une connaissance parfaite de leur propre passé. En revanche, les habitants de l’an 3000 mis en scène par Souvestre ont une image très fausse du XIXe siècle (mis en scène de manière humoristique lorsque le narrateur assiste à un cours d’histoire fantaisiste). Entre les deux ouvrages, 1771 et 1846, ce n’est pas seulement la vision du futur qui a changé mais aussi la vision de l’histoire et de son écriture.

9 décembre 2023. Une autre scène dans City Hall : lors d’une réunion publique à Boston, un chercheur explique qu’il est en train de mener une “étude sur la discrimination raciale” sur le marché du travail. Un artisan lève alors la main et dit : “Comment ça une “étude” ? Si vous faites une étude, ça veut dire que vous avez un doute ? Moi, je peux vous assurer qu’il y a bien de la discrimination : cela fait 20 ans que je la subis…” Cet échange soulève une véritable question. Quel besoin avons-nous de produire un savoir scientifique sur des choses que nous connaissons déjà bien par d’autres types de savoir (expérience, savoir-faire, savoirs militants, etc.). Parfois l’apport de la science est essentiel ; mais parfois il l’est moins. Comprendre comment articuler ces différents savoirs entre eux, sans chercher à tous les remplacer par un savoir scientifique est l’un des enjeux de l’écologie du savoir, un nouveau courant de recherche qui se développe depuis un ouvrage majeur de Bonaventura de Sousa Santos en 2016.

8 décembre 2023. En regardant City Hall de Frederick Wiseman (quel immense documentariste !), une réflexion tout à fait incidente : lors d’une succession rapide d’images de ville faisant transition entre deux scènes, je regarde sans broncher des images d’immeubles ou de grues défiler, mais je suis frustré de voir passer à la même vitesse l’image d’une étendue d’eau, que j’aurais aimé contempler quelques secondes de plus. Cela me rappelle cette magnifique expression de Chateaubriand que j’ai lue avant-hier à la fin de son Essai sur les révolutions : “Je me suis tenu immobile sur une grève solitaire, à contempler durant des heures, avec cette même inquiétude, le tableau philosophique de la mer.” En ne laissant qu’une ou deux secondes d’existence à son image, Wiseman ne nous laisse pas le temps de méditer sur ce “tableau philosophique de la mer”.

7 décembre 2023. Exploration des fonctionnalités occultes de power-point… Comment créer un bouton renvoyant d’une diapositive à l’autre (clic sur la forme du bouton>insertion>action>lien hypertexte). Comment faire tourner les pages d’un livre (transition>roulement). Comment faire semblant de zoomer sur un texte (transition morphose)… Je crois que l’enjeu n’est pas seulement de faire “beau”. Si j’arrive à maîtriser ces techniques, j’aurai plus de facilité à présenter aux étudiants la matérialité des textes sur lesquels nous allons travailler (au lieu de citer une définition du dictionnaire de Furetière : ouvrir avec eux le dictionnaire en leur montrant à quoi il ressemble concrètement). Et la création du sommaire, comme je l’ai fait sur une frise chronologique qui me servira d’index (on arrive aux sections correspondantes quand on clique sur les étiquettes beiges) permet d’adapter plus facilement le cours à la conversation qu’un power-point linéaire.

6 décembre 2023. Dans de nombreux dessins animés, la lumière du soleil est représentée par une ligne de petits hexagones. C’est un phénomène sur lequel il est très intéressant de réfléchir. Ces petits hexagones apparaissent normalement quand on filme de face une lumière avec une vraie caméra : c’est une aberration visuelle qui ne correspond pas à notre perception du monde. Pourtant, les dessinateurs la représentent afin de “faire réaliste”. Plus précisément, leur réalisme consiste ici non à recopier le monde extérieur le plus fidèlement possible mais à imiter des médias (ici le vrai film) censés être plus réalistes qu’eux. La même chose existe en littérature ou en peinture : le réalisme passera alors par une imitation des traits extérieurs de la photographie ou du texte de loi au lieu d’en passer par une représentation directe du monde sensible.

5 décembre 2023. J’écoute les propositions du ministre de l’éducation pour combler le retard de la France dans les évaluations PISA : favoriser le redoublement, faire des groupes de niveau en français et en mathématique… Sur quoi reposent ces préconisations ? Il me semblait que les études sociologiques sur l’éducation, comme celle de Baudelot & Establet (L’élitisme républicain), montrent justement l’inverse : le redoublement n’est pas efficace, et si les groupes de niveau sont bien favorables aux meilleurs élèves, ils tendent en moyenne à abaisser le niveau général. Plutôt que de se focaliser sur le niveau des élèves, ne faudrait-il pas plutôt s’attaquer en priorité aux inégalités scolaires qui sont la véritable cause des problèmes de l’école française ? (Ceci dit, la question reste compliquée. Je me souviens avoir entendu des professeurs de collège argumenter en faveur du redoublement en assumant le fait qu’il ne permettait pas de faire réussir celles et ceux qui le subissent mais en avançant que son existence comme menace était parfois nécessaire pour “récupérer” un élève en cours d’année, voire pour agir sur ses parents. Auquel cas, l’apport du redoublement à l’éducation ne pourrait pas être mesuré en prenant seulement en compte les résultats des élèves redoublants.)

4 décembre 2023. Dans Les Deux Cultures, Charles Percy Snow illustre l’opposition littéraires vs scientifiques par le fait que les premiers ne connaissent pas la deuxième loi de la thermodynamique et que les seconds n’ont jamais lu Shakespeare. Cet exemple célèbre mériterait d’être creusé, notamment concernant la deuxième loi de la thermodynamique. Dans Fumées et signaux de brumes, Michel Serres a justement montré que les romans de Zola étaient traversés par un nouvel imaginaire du moteur qui provenait de cette loi. Et Sadi Carnot, inventeur de cette loi, est loin d’être un scientifique étranger à la littérature : il connaissait par cœur des textes de Molière et a laissé plusieurs fragments moralistes dans lesquels on pourrait s’amuser à retrouver les traces de ses théories scientifiques.

1er décembre 2023. Je relis l’incroyable article du critique Philarète Chasles, paru dans la Revue de Paris en 1829. Il s’agit (à ma connaissance) de la première tentative pour appliquer les statistiques à l’étude de la littérature.

Ce qui me passionne dans ce texte, quand on le compare avec les travaux actuels en humanité numérique qui utilisent la statistique (ceux l’Obvil, par exemple), c’est son introduction. Philarète Chasles justifie le recours à la statistique par une réflexion générale et passionnante sur l’état des mentalités à son époque et par la crise de la foi : « On est heureux de pouvoir se fier à quelque chose encore : tant de déceptions et de désappointements nous ont si bien instruits ! Combien d’idoles vacillantes !… Mais la religion de l’arithmétique, qui l’ébranlera ? » Il y a tout une réflexion critique, dans cette introduction, sur l’autorité illusoire conférée au Chiffre, sur le remplacement de la critique par l’arithmétique, etc. C’est peut-être cette réflexivité historique qui manque aux travaux actuels en humanité numérique.



Citer ce billet
Derainne Lucien (2023, 2 décembre). Journal de recherche. Décembre 2023. Ébruiter les méthodes. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzon

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search