L’économie de l’attention et ses méthodes

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous pouviez trouver des vidéos, des livres ou des morceaux de musique gratuits sur internet ? Que gagnent les sites qui les mettent gracieusement à disposition ? La réponse à ces questions est simple : dans la plupart des cas, il subsiste bien une contrepartie marchande derrière ces « dons ». En échange du contenu qui nous intéresse, nous cédons notre attention. C’est ainsi que tel site se rémunère en vendant des données sur nos intérêts ou que tel autre profite de notre fascination pour le film qu’il nous a offert pour nous exposer à une publicité.

Ce système marchand s’appelle l’économie de l’attention : c’est aujourd’hui un sujet d’étude aussi bien pour les économistes, les sociologues, les historiens ou les analystes de la littérature. Ces deux dernières disciplines ont notamment proposé de faire un détour par l’histoire pour mieux comprendre le présent. Au début de son essai Pour une écologie de l’attention (2014), le chercheur en littérature Yves Citton remonte par exemple à une citation du naturaliste et philosophe suisse Charles Bonnet qui semble annoncer nos préoccupations actuelles dès 1760 : « Il nous manque un livre qui serait le plus utile de tous ceux qui peuvent sortir de l’esprit humain : ce serait une histoire de l’attention. » (cité par Y. Citton, p. 33)

En réalité, ce que Charles Bonnet entend par « histoire » est très différent de ce que l’on met aujourd’hui sous ce mot. Le philosophe ne veut nullement retracer l’évolution de l’attention à travers les époques, mais faire l’histoire de l’attention au sens où l’on parle, au dix-huitième siècle, de « l’histoire » d’une maladie. Son rêve serait qu’un grand savant tienne un journal quotidien de ses observations : on pourrait alors comprendre la marche de son esprit.

Comme le suggère cet exemple, si l’on parle bien d’« économie de l’attention » au dix-huitième siècle, ce n’est pas à l’échelle de la société mais à celle de l’individu. Pour les contemporains, elle est une méthode davantage qu’un système d’échange. Le futur révolutionnaire Jacques-Pierre Brissot, dans un ouvrage justement dédié à Charles Bonnet, imagine une telle économie de l’attention – qui n’est en fait qu’une manière individuelle de maîtriser cette faculté : « Chaque homme n’a qu’une certaine dose d’attention ; il doit donc en être sobre. […] Combien doit-on donc l’économiser, et ne pas la prodiguer indistinctement à toutes sortes d’objets ! » (De la vérité, 1792, p. 78) Ce type de réflexion se poursuit durant le premier dix-neuvième siècle. Parmi les grands romanciers, Balzac considère lui aussi que l’attention et la volonté sont des ressources limitées qu’il faut apprendre à économiser ou à concentrer, comme le montre ce passage de la nouvelle Facino Cane, dont l’un des héros est aveugle : « Nos pensées étaient sans doute communes, car je crois que la cécité rend les communications intellectuelles beaucoup plus rapides en défendant à l’attention de s’éparpiller sur les objets extérieurs. »

Y a-t-il un rapport entre cette méthode et l’économie de l’attention actuelle ? Peut-être. Les années 1750-1850 étaient préoccupées autant que nous par l’effet que produisait de nouveaux médias sur les facultés d’attention. Exemple parmi d’autres, le genre de la nouvelle, en littérature, est alors pensé comme une réponse aux moindres facultés de concentration du lectorat : « On veut alors des émotions assez variées pour stimuler une curiosité difficile à satisfaire, assez vives pour ébranler un cœur exercé à toutes les secousses, et surtout assez rapides pour ne pas distraire longtemps l’attention de tous les objets contingents qui l’occupent et qui la remuent. » (prospectus de l’ouvrage Les Cent-et-une nouvelles des Cent-et-un, 1833) À la suite d’Edgar A. Poe, Charles Baudelaire vante les textes courts dont la lecture, « accomplie tout d’une haleine, laisse dans l’esprit un souvenir bien plus puissant qu’une lecture brisée, interrompue souvent par le tracas des affaires et le soin des intérêts mondains. » (Notes nouvelles sur Edgar Poe)

Les années 1750-1850 voient donc se développer en parallèle une réflexion sur les usages médiatiques de l’attention, et des méthodes permettant de contrôler et de maîtriser cette ressource à l’échelle individuelle. Or, cette situation est aussi celle de la société actuelle. En même temps que les nouveaux médias comme les réseaux sociaux vendent et revendent notre attention, des méthodes individuelles comme le yoga, la méditation, etc. se développent dans la société. À première vue, on pourrait croire que ces méthodes sont des remèdes au monde moderne et à sa cadence ; une façon de reprendre le contrôle de nos intérêts. Mais en réalité, leur fonction est plus ambiguë : en promettant à l’individu de contrôler son attention, elles dotent aussi de la ressource qui intéresse prioritairement les marchés.

De Brissot au yoga, les méthodes de l’attention promettent à l’individu de s’émanciper ; mais en même temps, elles l’adaptent aux nouvelles exigences des marchés. Ce double rôle était parfaitement repéré au dix-neuvième siècle. Un autre disciple de Charles Bonnet, Charles-Victor de Bonstetten déclarait ainsi que les méthodes font « aller la pensée, comme la machine à filer fait aller le coton. » (L’homme du midi et l’homme du nord, p. 196) Elles fortifient les individus, certes, mais toujours dans le sens utile pour l’économie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.