Journal de recherche. Janvier 2024

[Brèves réflexions subjectives, publiées en marge de mes recherches. Elles sont librement inspirées par mon travail en cours, de l’actualité, de mes lectures, des communications que j’entends. Sur le pourquoi de ce journal et son lien avec le projet de ce blog, voir quelques éléments ici.]

Le Dernier homme ; Promenons-nous dans la ville ; Image gif dans power-point ; Vive l’inclusion ! ; Marivaux, les dénouements, l’expérimentation ; Des légumes de saison ; Le présent n’est pas une ouverture ; Esprit critique – esprit scientifique ; Ampère écrivain ; Collaboration artistes-scientifiques ; Beauté mathématique ; Moodle ; Histoire de la méritocratie ; Innocence de Kore-Eda ; Le privé et le public ; Les mutations actuelles de la littérature.

29 janvier 2024. Lecture des différents articles écrits sur Le Dernier Homme (1805) de Grainville. Connaissez-vous ce roman ? C’est l’histoire du dernier humain fertile dans un monde futur où la nature a été épuisée par l’exploitation humaine. Publié grâce à Bernardin de Saint-Pierre et Nodier, ce roman très étrange mérite d’être relu pour sa fin qui est l’exact contraire de toutes les fins holywoodiennes des films post-apocalyptiques. L’auteur nous explique pourquoi… il ne faut pas sauver le monde !

27 janvier 2024. Un projet de vulgarisation que j’aimerais monter un jour, ce serait de proposer un parcours urbain en s’appuyant sur les noms des rues ou sur les statues pour développer une sorte de cours mobile. Travaillant sur les rapports littérature-science dans les années 1750-1850, je ne cesse de croiser dans la rue des noms ou des visages d’auteurs dont j’étudie les textes : Jules Janin, Sadi Carnot, Lavoisier, etc. En les reliant par la marche, on pourrait créer quelque chose d’assez amusant et qui s’ancrerait bien dans la mémoire.

26 Janvier 2024. Très content d’avoir réussi à trouver un moyen d’intégrer un élément mobile dans une diapositive power-point (par exemple un engrenage qui tourne) ! En fait, il faut commencer par utiliser power-point pour créer une image animée “.gif” (on fait comme un film d’animation, diapo par diapo, puis on l’enregistre-sous en gif). Ensuite, on peut importer cette image dans n’importe quelle présentation, et elle tourne toute seule tant que la diapositive est affichée.

(Nouvelle bataille pour réussir à mettre l’image animée sur ce site… Je comprends finalement qu’il faut la mettre à sa taille originelle, sans quoi l’animation ne se lance pas. Bref, je suis encore loin de tout maîtriser, mais je progresse !)

25 janvier 2024. Une chose très importante à comprendre à propos de l’inclusion, c’est qu’elle ne bénéficie pas seulement aux personnes en situation de handicap. Ajouter une carte mentale à un cours aide sans doute les étudiants dyslexiques mais plus généralement tous ceux qui ont une mémoire visuelle. Offrir des objets à toucher dans un musée ne l’ouvre pas seulement aux personnes non-voyantes mais à toutes celles qui comprennent mieux les choses en les touchant. Mettre des sous-titres sous une vidéo la rend accessible aussi bien aux personnes atteintes de surdité qu’à celles qui sont dans le train et qui ont oublié leurs écouteurs. Etc. [Note écrite après être allé manipuler des engrenages dans le nouveau parcours du musée d’art et d’industrie de Saint-Étienne.]

24 janvier 2024. Une idée m’interpelle à l’écoute d’une passionnante table ronde sur Marivaux à la Comédie de Saint-Étienne : c’est qu’on a trop tendance à évaluer la morale ou l’idéologie d’une pièce de théâtre par son dénouement. Les dénouements des comédies, par exemple, sont souvent très conventionnels. De notre point de vue, ils semblent revenir à quelque chose de très conservateur, comme à la fin de l’Ile des esclaves lorsque chacun reprend son rang ; mais cela ne doit pas effacer tout ce qui s’est passé auparavant et qui est souvent beaucoup plus radical. La table ronde évoque aussi plusieurs pistes qui permettraient de penser les interactions entre l’œuvre de Marivaux et la science de son temps : les dispositifs expérimentaux, les théories du hasard, etc.

22 janvier 2024. L’écrivain Louis-Sébastien Mercier imaginant le Paris de 2440 en 1771 : “Les légumes, les fruits étaient tous de la saison, et l’on avait perdu le secret de faire croître dans le cœur de l’hiver des cerises détestables”. Encore 416 ans pour y arriver !

Dans la plupart des livres d’histoire, les problèmes actuels sont relégués en conclusion, comme une “ouverture”, alors qu’en réalité ce sont ces problèmes et ces préoccupations qui orientent nos choix de textes, les questions qu’on leur pose et les réponses que l’on retient.

19 janvier 2024. Problème débattu aujourd’hui en marge d’un cours : l’école forme-t-elle vraiment à l’esprit critique ? Pas de consensus sur la question. L’un des problèmes, à mes yeux, est que l’institution scolaire confond l’esprit critique et l’esprit scientifique. Il y a des rapports entre les deux, bien sûr, mais il ne faut pas oublier qu’il y a aussi des formes de critiques non-scientifiques qui sont tout à fait légitimes (critique militante, à partir d’une expérience vécue, au moyen de l’art, etc.). Or, si l’école enseigne bien l’esprit scientifique, elle enseigne beaucoup moins à critiquer.

Lecture des poèmes d’Ampère, avec l’espoir de pouvoir les mettre en rapport avec ses théories scientifiques sur l’électricité et les aimants. Ce n’est pas le cas pour l’instant même s’il y a dans son œuvre plusieurs petites notations étranges sur la vanité de la science ou des comparaisons avec Phaëton…

18 janvier 2024. Lecture d’un article très intéressant sur la réalisation d’un projet de “recherche-action” à Rive de Gier près de Saint-Étienne, paru dans le n°37 de la revue Interrogations?. L’article retrace une collaboration entre des chercheurs et des artistes en posant des questions qu’on voit rarement abordées, comme celles de la rémunération ou des délais. On comprend que les projets arts-sciences doivent nécessairement en passer par une vraie réflexion sur les statuts différents des artistes et des chercheurs (intermittents vs titulaires, payé à la tâche vs salarié, etc.).

Discussion sur ce qu’est une “belle” démonstration en mathématique. C’est étrangement à peu près le contraire d’une “belle” balle au tennis ou au ping-pong. La “belle” démonstration est concise, élégante, accessible à tous (il suffisait d’y penser) alors que la “belle” balle est disputée, incertaine, longue, virtuose… L’un de mes projets de recherche à long terme serait de développer une esthétique de la recherche, c’est-à-dire une interrogation sur l’emploi des valeurs esthétiques (dont la beauté fait partie) lors de la réflexion scientifique. Mais je ne suis pas sûr que ce sera faisable avec le mot beauté, beaucoup plus vague que d’autres notions comme la subtilité, la finesse, etc.

17 janvier 2024. Depuis mon passage dans le secondaire, j’ai pris l’habitude d’utiliser la plateforme Moodle pour accompagner mes cours. Par exemple, je suis en train de préparer de QCM pour mon cours de L3, qui permettront aux étudiant.es de réviser les principales notions, séance par séance, en étant automatiquement corrigés en direct. J’aime bien aussi la fonction “sondage” qui permet d’avoir un aperçu de ce que pensent le public sur tel ou tel point. Le seul aspect négatif est que cela fait beaucoup de choses à préparer pour un seul cours : les photocopies, le power point, le moodle… Cela va si le cours peut être repris plusieurs années d’affilées mais lorsque ce n’est pas le cas (notamment pour les jeunes chercheurs en contrats courts) l’effort n’en vaut pas toujours la peine…

15 janvier 2024. Je prépare une communication prévue le 9 février à Paris pour le séminaire du GIRB (groupe international de recherche sur Balzac) autour de la question de la croyance et du talent. Ces dernières années, je me suis beaucoup interrogé sur l’histoire de la méritocratie, pilier de notre société qui pose pourtant de très nombreux problèmes dès qu’on commence à y réfléchir. Une chose toute simple, par exemple : au début du 19e siècle, s’impose l’idée qu’il faut “trouver sa vocation” pour réussir sa vie. Mais cette invention s’accompagne immédiatement d’un coup de force dont nous sommes encore les victimes : c’est que la vocation d’un individu va être définie non par rapport à ses goûts mais par rapport à ses talents ! Désormais, pour s’accomplir, il faudra trouver une activité dans laquelle on est meilleur que les autres, et non une activité qu’on aime pratiquer… C’est tout de même un choix terrible qui a été fait, quand on y pense.

14 janvier 2024. L’Innocence de Kore-Eda au cinéma : magnifique film qu’il faut voir tant qu’il est dans les salles ! Ce que j’aime tout particulièrement, c’est que le suspens et le rythme trépidant de la première partie ne sont pas une fin en soi mais qu’en s’effaçant soudainement dans la deuxième moitié du film, ils permettent au réalisateur de délivrer un vrai propos. C’est la différence entre une production culturelle industrielle (type séries de netflix) pour qui le suspens est le but à atteindre et un grand auteur qui maîtrise son métier mais qui sait dépasser ce savoir faire technique et commercial pour tenir un discours sur le monde.

13 janvier 2024. Pour une fois qu’il y a une polémique un peu intéressante : si les déclarations d’Oudéa-Castéra ont au moins l’intérêt de pouvoir relancer le débat sur les écoles privées, c’est toujours cela de gagné. Les parents aisés disent vouloir protéger leurs enfants en les tenant hors d’atteinte de la mixité sociale. Mais ce qu’il y a de tragique, c’est que cette prétendue “bulle de protection” se transformera finalement en quelque chose de beaucoup plus agressif, une fois que ces enfants, devenus grands, occuperont les postes à responsabilité de leurs parents. Leur méconnaissance de la société ne les rendra certainement pas plus sensibles aux inégalités.

12 janvier 2024. Relecture, en vue d’un cours, de l’excellente sous-partie “Histoire d’hier, littérature de demain” dans le manuel L’Histoire littéraire d’Alain Vaillant. J’ai souvent cité l’une des premières phrases de la partie expliquant que “les historiens sont donc […] intéressés au premier chef par le présent”, mais c’est la suite de la sous-partie que je voulais relire aujourd’hui. Elle propose d’identifier trois grandes mutations en cours dans la littérature actuelle : une mondialisation, un changement de support du texte et un retour vers le réel. Mutations somme toute enthousiasmantes, non ?



Citer ce billet
Derainne Lucien (2024, 15 janvier). Journal de recherche. Janvier 2024. Ébruiter les méthodes. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vlla

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search