Idées en vrac sur les paratextes universitaires

  • Pourquoi continuer à distinguer une « bibliographie primaire » et une « bibliographie secondaire » à la fin de nos travaux ? Est-ce que cette distinction entre l’objet d’étude et ses commentateurs n’est pas un peu illusoire ?
  • Pourquoi ne pas inclure une « bibliographie d’inspiration », recensant les œuvres non savantes ou sans rapport direct au sujet qui nous ont aidées à avancer sur un projet ? Pour ma thèse sur l’observation, les films de Tati ou la bande dessinée de Scott MacCloud L’Art invisible ont par exemple été plus décisifs que certains des articles que je cite à la fin…
  • Pourquoi ne pas remplacer le « id. » (utilisé à la place du nom lorsqu’on cite à la suite deux œuvres d’un même auteur) par son équivalent féminin « ead. » lorsqu’il s’agit d’une autrice ?
  • Lorsqu’on évoque en note un passage sans le citer, pourquoi ne pas ajouter, après le numéro de page, une « expression clé » qui permette de le retrouver rapidement dans des bases numérisées comme Gallica ou Google books, quelle que soit l’édition ? Par exemple : Cousin de Grainville, Le Dernier homme, 1811, p. 589, « terminer la conquête de l’univers »
  • Pourquoi, comme le propose Florence Piron, ne pas inclure les remerciements au texte même, de façon à un peu mieux situer institutionnellement le savoir produit ?
  • [Page à compléter au fur et à mesure…]


Citer ce billet
Derainne Lucien (2024, 31 janvier). Idées en vrac sur les paratextes universitaires. Ébruiter les méthodes. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vq5z

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search