Journal de recherche. Avril 2024

[Brèves réflexions subjectives, publiées en marge de mes recherches. Elles sont librement inspirées par mon travail en cours, de l’actualité, de mes lectures, des communications que j’entends. Sur le pourquoi de ce journal et son lien avec le projet de ce blog, voir quelques éléments ici.]

Les triggers warning sur Gallica ; Lire sur des écrans ; Littérature + Science ; Biais de sélection ; Entre-soi séculaire en lettres ; Endonyme et Exonyme ; Staël à l’agrégation ! ; Invention en science et littérature ; Intelligence artificielle et plagiat ; Vidéo pédagogique ; L’évidence dans les discours économiques ; L’éducation générale ; L’esprit critique ; Les tournants de la recherche ; L’oubli des couvertures dans les éditions modernes.

24 avril 2024. Une chose me laisse perplexe dans Gallica, la base de données numériques de la BnF. Cela fait plusieurs fois qu’en voulant consulter des livres écrits par des disciples de Charles Fourier, utopiste précurseur du socialisme, je tombe sur un avertissement (un trigger warning) prévenant le lecteur que ce livre contient des propos racistes :

J’avoue ne pas avoir d’avis sur l’usage ou non de ces triggers warning dans un catalogue de bibliothèque mais il faudrait en tout cas que la méthodologie soit cohérente sur l’ensemble du site. Or (pour ne prendre que des exemples caricaturaux) ni L’Essai sur l’inégalité des races humaines de Gobineau, ni Le Code noir, ni un ouvrage significativement intitulé Le Juif : voilà l’ennemi ne sont précédés d’un avertissement… Pourquoi baliser la lecture de quelques textes marginaux sans étendre cette pratique aux textes fondamentaux du racisme ?

(A moins qu’il y ait une histoire de financement derrière ? Peut-être que les avertissements ne sont apposés qu’à des œuvres numérisées à la demande d’un usager ? Si quelqu’un a l’explication, je suis preneur.)

21 avril 2024. “Pour nous, bientôt nous ne lirons plus que sur des écrans”, écrivait Louis-Sébastien Mercier dans son Tableau de Paris en 1788. C’est un bel exemple pour réfléchir aux lectures actualisées vs lectures contextualisées. Face à une telle phrase, il serait tout à fait légitime de jouer la carte de l’interprétation actualisante en faisant de Mercier un prophète des liseuses et du numérique. Cela dit, une interprétation historique peut aussi nous dire quelque chose sur le présent. Dans le vocabulaire du 18e siècle, un écran est un objet servant à se protéger de la chaleur du feu (objet qui peut être portable ou sur pied) : c’est donc plus proche d’un éventail ou d’un paravent que d’un écran numérique. Dans le chapitre où cette phrase apparaît, Mercier déplore le fait qu’on lise des textes de plus en plus courts : l’écran apparaît alors comme le support le plus étroit du texte. Les romans du futur devront tenir sur un éventail ! Cette lecture contextualisée n’est pas sans intérêt pour notre présent, puisqu’elle révèle par exemple que les déplorations sur le recul de la lecture ne datent pas d’hier.

18 avril 2024. “C’est précisément de la convergence des démarches scientifiques et des sensibilités littéraires que dépendra le sort de nos démocraties à venir.” (Yves Citton, Pour une interprétation littéraire des controverses scientifiques, 2013, p. 18).

17 avril 2024. Argument évoqué hier : ce n’est pas parce que nous avons conservé beaucoup d’exemplaires d’un livre qu’il a été beaucoup lu à l’époque. Au contraire, les livres qui sont lus s’usent ! Il y a quelque chose que j’aime bien dans ce type d’argument interrogeant les biais de sélection dans les corpus qui nous sont parvenus. Je me souviens aussi d’un débat sur le travail de Daniel Mornet, qui prétendait déduire les lectures des Lumières à partir d’un examen des catalogues de bibliothèques : mais comme ces catalogues sont établis au moment de la mort de leur propriétaires par leurs descendants, il est probable que les listes qui nous parviennent ont été expurgées de tous les titres sulfureux.

16 avril 2024. J’intervenais aujourd’hui dans le séminaire spécifique de l’IHRIM sur la pseudépigraphie (le fait d’attribuer un texte à un faux auteur) :

Ces séminaires d’équipe sont l’une des rares occasions où l’on peut échanger avec des chercheurs et chercheuses travaillant sur une autre période que la nôtre. C’est encore un effet pervers de l’organisation des études littéraires par siècles d’empêcher des échanges transversaux. On pourrait pourtant très bien imaginer des colloques organisés par thème plutôt que par périodes, comme le suggérait Jean Goulemot dans un article sur le thème “ne plus être dix-huitiémiste”.

15 avril 2024. Écoute du podcast de LSD sur l’anti-tsiganisme (France Culture). Distinction entre les endonymes (noms qu’un groupe se donne lui-même) et les exonymes (noms qu’on lui donne de l’extérieur), très bien illustrée dans ce cas précis. La catégorie “gens du voyage” est un exonyme forgé par l’État et réunissant des groupes très différents (sédentaires ou nomades, immigrés et français, tsiganes, roms, manouche, etc.). Certains termes dérivent d’une catégorie à l’autre, comme “roms”, d’abord endonyme mais qui se charge peu à peu de connotations négatives venues de l’extérieur.

14 avril 2024. De la littérature (1800) de Germaine de Staël est au programme de l’agrégation de lettres de l’année prochaine : c’est une excellente nouvelle pour tous les chercheurs qui travaillent comme moi sur le “moment 1800”, ces années à la jonction du 18e et du 19e siècle, et qui ont été historiquement occultées. Sur les enjeux de la mise au programme de ce texte, on peut lire les réflexions de Nicolas Fréry sur le blog de la Voltaire Foundation.

9 avril 2024. Étrangement, les quelques entreprises littéraires dans lesquelles des auteurs proposent d’expliciter leur méthode de travail, comme “La Genèse d’un poème” d’Edgar Poe, se réfèrent souvent à la science comme un modèle. Or, s’il y a bien un domaine de la culture qui occulte justement la question de l’invention, c’est précisément la science ! On entend ainsi très rarement un savant parler de ses trucs pour avoir de l’inspiration, des musiques qu’il écoute en travaillant, de son usage des cartes mentales, etc., alors que des questions de ce genre sont fréquemment posées aux écrivains.

8 avril 2024. Très agacé par un devoir maison qu’un de mes étudiants a généré via Chat GPT, je suis allé voir de plus près comment fonctionnait la machine. Le résultat est édifiant : sur des sujets peu connus, on peut réussir à lui faire dire à peu près n’importe quoi. J’ai pu ainsi me placer en héros glorieux du livre que je suis en train de faire étudier :

J’espère que l’exemple suffira à avertir les étudiant.es de se méfier de ces nouveaux outils…

7 avril 2024. Réalisation d’une nouvelle vidéo pédagogique sur les controverses littéraires scientifiques après celle que j’avais faite sur « Les Deux Cultures » : cette fois-ci, elle est consacrée à la controverse entre Matthew Arnold et Thomas Huxley et à la « méthode de Zadig » (sur laquelle j’ai prévu de faire une communication beaucoup plus détaillée lors d’une journée d’étude en juin). Vous pouvez la visionner à cette adresse : https://pod.univ-st-etienne.fr/video/2382-controverses-litteraires-vs-scientifique-2-la-methode-de-zadigmp4/

J’ai procédé de la même façon que la dernière fois : c’est un diaporama power-point avec des animations automatiques sur lequel j’ajoute une voix off enregistrée avec audacity. L’une des grosses difficultés est de respecter le droit d’auteur afin de pouvoir la diffuser sans inscription préalable de ceux qui la visionneront. Par rapport à la précédente, j’ai compris comment aller beaucoup plus vite pour synchroniser la vidéo et le son : il suffit d’utiliser la fonction “vérifier le minutage” de power point qui permet d’actionner une fois manuellement le diaporama tandis que l’ordinateur enregistre le temps passé sur chaque diapositive. J’espère continuer à trouver des techniques simples à utiliser pour pouvoir continuer à produire ce genre de document pédagogique sans que cela me prenne trop de temps.

6 avril 2024. Parution d’un numéro de revue que j’ai co-dirigé avec Jacob Lachat, consacré à la notion d’évidence durant le tournant des Lumières. Un point très intéressant que j’ai découvert en travaillant sur cette notion et que nous n’avons pas eu le temps de développer en détail (avis aux amateurs !), c’est que le mot évidence devient un slogan des économistes physiocrates durant le 18e siècle. Refaire l’histoire de cette idée d’évidence en économie permettrait sans doute de mieux comprendre notre propre société, où l’économie est trop souvent soustraite aux débats démocratiques pour apparaître comme une contrainte ou un état de fait, dont le bien-fondé ne pourrait pas être discutée.

5 avril 2024. Condorcet : « L’instruction, quelle qu’elle soit, ne mettra jamais un homme à portée de remplir au moment même l’emploi public qu’on voudra lui confier ; mais elle doit lui donner d’avance les connaissances générales sans lesquelles on est incapable de toutes les places, et la facilité d’acquérir celles qu’exige chaque genre d’emploi. » C’est le principe des études généralistes : ne pas apprendre des savoir-faire spécifiques mais des savoir-faire applicables à n’importe quel emploi, ainsi qu’une capacité à apprendre par soi-même. Dans un avenir où les métiers changeront sans doute plus vite qu’aujourd’hui, les études généralistes pourront précisément être un refuge car elles seules facilitent le changement de voie.

4 avril 2024. L’esprit critique est à mon sens la capacité de retirer une expérience positive d’œuvres sans intérêt voire aliénante. C’est la capacité de pouvoir changer de niveau de lecture lorsque ce qu’on lit ou ce qu’on regarde ne nous intéresse pas ou nous formate pour déconstruire la façon dont tout cela fonctionne.

3 avril 2024. On annonce régulièrement, dans les disciplines scientifiques, des “tournants” censés indiquer de nouvelles directions de recherche : tournant global, éthique, matériel, herméneutique, écologique… Tous ces tournants tournent-ils dans le même sens ? C’est-à-dire : la recherche se contente-t-elle de répercuter dans ses programmes des évolutions plus générales de la société ? Si oui, il faudrait arrêter de parler de “révolutions scientifiques” comme le faisait Kuhn pour parler plutôt de “révolutions morales” ou de “révolutions sociales” à l’intérieur de la science.

(Au passage, ce serait un projet d’humanités numériques intéressant que de cartographier automatiquement ces “tournants” à partir d’une simple recherche de ce mot et des adjectifs qui le qualifient dans les articles publiés.)

2 avril 2024. Pour mon cours sur “Le Futur au 18e siècle”, examen des amusantes couvertures de livres de Charles Tiphaigne de la Roche, où les lieux d’édition et les éditeurs sont inventés de toutes pièces pour les besoins de l’histoire. Cette mise en scène se perd hélas dans les éditions modernes de ces textes.



Citer ce billet
Derainne Lucien (2024, 3 avril). Journal de recherche. Avril 2024. Ébruiter les méthodes. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5ta

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search