L’humour dans la vulgarisation et dans la méthodologie

Petit relevé de titres, à la médiathèque du coin, dans les rayons de vulgarisation scientifique : « Kant tu ne sais plus quoi faire, il reste la philo », « Mais qui a attrapé le bison de Higgs », « Darwin à la plage », « Le théorème de la fourmi géante », « Électrocuter un cornichon »… Le constat saute aux yeux : alors que d’autres moyens étaient envisageables (le récit d’enquête…), c’est bien par l’humour qu’on essaie aujourd’hui de rendre la science intéressante.

Disons-le sans attendre, la science ne perd rien à cette présentation. Un conservateur ronchon regrettera peut-être que la recherche soit dépeinte comme une activité purement divertissante et un peu excentrique… Mais en réalité l’humour ne fait oublier à personne l’intérêt de la science ; même l’image du savant excentrique, qui s’amuse à électrocuter des cornichons, n’est pas un si grand mal car elle contribue à sa façon à faire aimer la recherche fondamentale, sans application immédiate, ce qui est toujours bon à prendre.

En fait, ce n’est pas à la science que cette manière de vulgariser fait du tort, mais peut-être… à l’humour. Même dans le cas où les ouvrages de vulgarisation sont authentiquement drôles (laissons chacun libre de donner son exemple), l’usage du rire y est assez réduit : il sert uniquement à rendre divertissants les résultats scientifiques.

Ailleurs dans la culture, le rire ne sert pourtant pas seulement à divertir mais aussi à critiquer. Sans parler des caricatures politiques ou d’autres domaines dans lesquels cet aspect est évident, on trouve par exemple sur la littérature des ouvrages tout public très drôles, qui emploient le rire pour faire passer une critique du système des prix, des carrières littéraires, des institutions… Citons pour la bande dessinée En route pour le Goncourt (2011) ou En cuisine avec Kafka (2017). Or, l’équivalent n’existe pratiquement pas pour la science. Personne ne rit des institutions scientifiques, des angles morts de la méthode, des contradictions dans les programmes de recherches…

Et pourtant, la science aurait besoin d’un humour impertinent. Il est tout à fait étonnant de remarquer que dans l’histoire la méthodologie scientifique, c’est-à-dire la critique des savants par les savants, a souvent réutilisé des moqueries extérieures pour améliorer les pratiques scientifiques. Au 18e siècle, l’article « Observation » de l’Encyclopédie publiée par Diderot et d’Alembert reprend deux personnages satiriques d’une fable de La Fontaine, le Médecin Tant pis (qui voit tout en noir) et le Médecin Tant mieux (qui voit tout en rose), pour mettre en garde sur la manière dont le tempérament perturbe l’observation.

Le rire a joué un rôle accru dans la méthodologie à partir des années 1850, lorsque s’impose l’idéal d’objectivité. On demande alors au chercheur d’observer les objets sans y mettre de subjectivité et sans perturber la scène. Le problème, c’est que cette posture est tout à fait impossible à tenir dans les sciences humaines, où le chercheur est guidé par des préoccupations politiques et où il interagit sans cesse avec les individus qu’il étudie. Pour pouvoir malgré tout prétendre à l’objectivité, les sciences humaines ont fait appel à une nouvelle notion : la réflexivité. Faute de pouvoir s’effacer, le chercheur devait au moins expliciter la perturbation qu’il introduit dans la situation en s’incluant lui-même sous le champ de la critique. Dans cette perspective, le rire peut jouer un rôle important dans la méthodologie. Les sociologues, par exemple, ont multiplié les récits de gaffes ou de bourdes comme autant de mises en garde méthodologiques. Un roman humoristique comme Un anthropologue en déroute de Nigel Barley provient directement de cette autocritique, dont la postface au célèbre ouvrage d’observation participante Street corner society de William Foote Whyte constituerait une illustration cette fois-ci purement scientifique.

Ainsi, on pourrait tout à fait imaginer une forme d’humour qui ne se contente pas de rendre la science divertissante mais qui, en relevant ses défauts et ses biais, l’aiderait en outre à se perfectionner.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.