Le verbe “objectiver” dans les sciences humaines

Au début du 19e siècle, les philosophes que l’on appelle les « idéologues » mettent en garde les savants à-propos de leur utilisation de la langue. Certes, il ne peut pas y avoir de science hors de la langue parce que seuls les mots permettent de manipuler des idées ou de créer des abstractions ; mais le risque, en raisonnant sur des mots, c’est d’oublier les choses qu’ils représentent. Les idéologues veulent donc que la recherche soit sans cesse accompagnée d’une critique de la parole scientifique.

Cette mise en garde reste plus que jamais pertinente. Dans les sciences humaines, par exemple, certains mots (complexes mais à la mode) sont utilisés de manière presque automatique sans que l’on s’interroge sur leur signification réelle ou sur leurs implications. Le philosophe des sciences Ian Hacking a ainsi questionné l’expression « construit socialement », très fréquente dans l’ensemble des sciences humaines (Entre science et réalité, 2008). Le philosophe admet bien sûr l’utilité de cette idée dans les réflexions sociales : elle permet de souligner le fait que des catégories comme « la race » ou « le genre » ne sont pas des données naturelles mais sont un produit de l’histoire ou de rapports de force entre des groupes humains. Néanmoins, Hacking s’interroge : a-t-on vraiment une idée claire de ce que l’on met derrière cette expression ? En quel sens entend-on le verbe construire ? Peut-il y avoir des « constructions » qui ne soient pas sociales ? etc.

De la même façon, le verbe objectiver, extrêmement fréquent dans les travaux des sociologues, mériterait sans doute d’être clarifié. Les sociologues répètent sans cesse qu’il faut « objectiver son rapport à l’objet que l’on étudie », qu’il faut « objectiver ses critères de jugement », « objectiver le vécu », etc. Mais qu’entend-on exactement par ce verbe ? Le mot semble vouloir dire deux choses à la fois : « transformer en objet » mais aussi « étudier objectivement ». Or la relation entre ces deux sens, incessamment confondus, est loin d’aller de soi. En effet : est-ce parce qu’on a transformé une chose en objet qu’on est assuré de l’étudier objectivement ? Ce n’est pas là un raisonnement mais un jeu de mot.

L’objectivité est une conception de la science, apparue dans les années 1850, selon laquelle la connaissance scientifique doit être indépendante de ce que pense, ressent ou croit l’individu qui la crée. Le problème, c’est que ce n’est jamais le cas dans les sciences humaines : le simple fait d’avoir choisi de travailler sur un sujet plutôt que sur un autre suppose une préférence ou une forme d’intérêt pour cet objet ! Pour pouvoir malgré tout se prétendre objectifs, les savants expliquent donc qu’ils vont « objectiver » leurs préférences personnelles, c’est-à-dire les inclure dans l’objet à étudier. Mais cet argument repose sur une pensée magique de la réflexivité : est-ce qu’il suffit d’avoir conscience de ses biais pour les dissiper ? Supposons que je sois un militant politique et que j’étudie précisément l’histoire de mon parti. Je peux avouer dans ma préface que j’ai des intérêts dans cette histoire, que je suis favorable à ce courant politique. J’aurais ainsi « objectivé » mon rapport à l’objet d’étude, ou pour le dire autrement je l’aurais transformé en information disponible pour le lecteur. Mais est-ce que ce geste, bien sûr louable, suffit à amender la suite du texte ? Ce n’est pas parce qu’on a avoué ses préférences que celles-ci ont disparu : elles continuent d’influencer le travail scientifique qui suit. On n’est donc pas plus « objectif » en s’objectivant. En revanche, on donne aux autres des moyens honnêtes pour apprécier notre travail ; et ce sont eux qui pourront ensuite décider, en acquit de conscience, si nos résultats leurs semblent valables ou non.

Au fond, le verbe objectiver symbolise l’un des dangers qui accompagnent la référence à la réflexivité dans les sciences humaines. Affirmer que le savant doit forcément être réflexif, c’est occulter la dimension fondamentalement collective de la science. La science provient de la critique réciproque des individus et jamais uniquement de la critique réflexive de l’individu sur lui-même.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.