Petite histoire de la science précaire

Les jeunes chercheurs vont-ils devenir toujours plus précaires ? Ou pour le dire autrement (car le salaire n’est pas l’essentiel) verront-ils encore décroître leurs chances, déjà réduites, d’obtenir un emploi stable ? Prenons-y garde : ce n’est pas seulement un problème social mais aussi un problème scientifique. En effet, le contenu de la science dépend des conditions socio-économiques dans lesquelles elle s’élabore. J’en donnerai trois exemples, tirés du corpus sur lequel je travaille : les textes méthodologiques sur l’observation publiés entre 1750 et 1850.

Commençons par l’évidence : la recherche scientifique dépend de ses financements. Benjamin Carrard l’admet dans un essai de 1777 : « L’art d’observer entraîne, soit pour l’acquisition des instruments, soit pour des expériences, des dépenses qui surpassent les forces des particuliers. » (Essai qui a remporté le prix […] sur cette question : « Qu’est-ce qui est requis dans l’art d’observer… », Amsterdam, Marc-Michel Rey, 1777, p. 129). L’observateur doit être en mesure de couvrir aussi bien des frais matériels (instrument, etc.) que des dépenses de fonctionnement. La science, ajoute le même auteur, « exige aussi des voyages qui ne peuvent être entrepris qu’à grands frais et sans la munificence des Souverains. » (id.). On le voit, la solution de Benjamin Carrard consiste à faire appel aux Princes. Son traité méthodologique conseille de ménager les bonnes grâces de ceux qui accordent les financements. La transposition n’est pas difficile à faire avec le monde d’aujourd’hui : la précarisation de la recherche peut pousser à une forme de conformisme. Par exemple les sujets de thèses consensuels ayant plus de chance de déboucher sur un poste seront favorisés par une politique de réduction des effectifs et des budgets de la recherche.

Le phénomène précédent est bien connu, mais il n’est pas le seul exemple possible d’interaction entre la situation socio-économique des chercheurs et le contenu de leurs travaux. Diderot et Raspail nous en fourniront deux autres illustrations.

Dans Les Pensées sur l’interprétation de la nature (1754), Diderot aborde la question du financement de la science en opposant l’observation à l’expérimentation : « Le goût de l’observation peut être inspiré à tous les hommes ; il semble que celui de l’expérience ne doive être inspiré qu’aux hommes riches. » (Denis Diderot, Pensées sur l’interprétation de la nature, 1754, §27) Néanmoins son essai dépasse rapidement ce constat. Tout au long de ses « pensées », la pauvreté matérielle de l’observateur devient une posture épistémologique, l’affirmation d’un certain type de science. Grâce à une comparaison entre les faits et l’argent (« Les faits, de quelque nature qu’ils soient, sont la véritable richesse du Philosophe »), Diderot attaque les théoriciens, ces philosophes qui forment des systèmes sans avoir assez de faits pour le soutenir. Contrairement à l’observateur économe, les théoriciens sont présentés comme de mauvais gestionnaires, des gens qui ne savent pas raisonner avec l’argent parce qu’ils n’en ont jamais manqué : « Mais un des préjugés de la philosophie rationnelle, c’est que celui qui ne saura pas nombrer ses écus ne sera guère plus riche que celui qui n’aura qu’un écu. » (Ibid., §20) Cet argument se retrouve chez d’autres penseurs de la même époque comme Fontenelle : « Ne faisons point de système, nous ne sommes point assez riches pour cela ; faisons beaucoup d’expériences ; amassons des faits. » (cité par Daniel Mornet, Les sciences de la nature au 18e siècle, Genève, Slatkine Reprints, 2001, p. 99). Ce qui est ici notable, c’est que la situation financière de l’observateur s’infiltre jusque dans l’épistémologie et se transforme en réflexion générale sur la science. Le fait que l’observation soit une méthode accessible aux chercheurs pauvres devient un argument mobilisé pour défendre la science empirique contre la métaphysique. Il apparaît donc que la condition socio-économique des scientifiques n’est pas qu’un problème de financement : c’est une donnée qui oriente globalement la science. Pour en donner encore une fois une transposition actuelle, il serait par exemple absurde de croire qu’en augmentant la concurrence parmi les chercheurs on dynamiserait la recherche sans en modifier le contenu. Les formes sociales qui contraignent la pratique des scientifiques trouvent un écho au cœur même de la science.

Le troisième exemple est sans doute un cas extrême : il s’agit du Nouveau système de chimie organique que François Raspail publie à Paris en 1839. Raspail est autant connu pour ses observations chimiques microscopiques que pour son engagement républicain qui l’amène à combattre sur les barricades lors de la révolution de juillet 1830. Or, ces deux activités sont indissociables. Dans son traité, il se présente sans cesse comme « un observateur pauvre et proscrit » (vii) ou comme un « observateur pauvre et indépendant » (x). Il explique clairement qu’il a choisi de travailler sur les réactions chimiques observées au microscope parce qu’étant pauvre, il lui est plus économique d’employer des doses infimes de produits. Ses découvertes dans le domaine deviennent donc des arguments à opposer contre les inégalités de fortunes, une victoire de « l’observateur pauvre » contre « la science en habits brodés » : « La vérité n’est pas comme la fortune, elle n’arrive jamais en dormant. » (246-247). Sa réflexion méthodologique sur l’usage des instruments optiques mobilise également cette opposition entre riches et pauvres : « Ce n’est pas d’aujourd’hui enfin que les candidats et les protégés se sont plus à désigner sous le nom de belles observations, les observations faites par les parvenus et les protecteurs à l’aide de ce qu’on appelait un beau, un riche microscope. » (246).

Déterminer le cadre socio-économique dans lequel évoluera la recherche, c’est donc en partie déterminer le contenu des travaux qui en sortiront. En faisant peser une pression économique sur la pratique de la science et en augmentant la rivalité, une loi inopportune risque d’orienter la science, soit en l’alignant sur son idéologie (flatter les princes pour obtenir des financements), soit en la braquant contre le pouvoir (monter aux barricades avec son microscope) – deux solutions qui ne sont sans doute pas très enviables.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Alexandre Assimakopulos dit :

    Une belle démonstration sur cette logique de concurrence qui serait tellement bénéfique, comme si l’on voulait découvrir encore et encore ses bien faits, comme si les exemples étrangers nous étaient justement étrangers au point de les ignorer quand ils contreviennent au dogme en place. Je me permettrait de rajouter l’apport de J. Habermas qui, en 1973, notait avec acuité que la science et la technique sont des idéologies…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search