De quelle couleur politique est l’observation ?

De nos jours, l’observation nous semble synonyme de « non-intervention ». Un « observateur » assiste aux scènes qui se déroulent devant ses yeux sans agir ni prendre parti. Nous sommes influencés par une certaine définition de la science, caractérisée par ce que les sociologues appellent la « neutralité axiologique » : le scientifique doit être impartial et ne pas faire usage des mots bien ou mal. Il est là pour constater et expliquer, pas pour juger. Comment une méthode pourrait-elle être politique ?

Pourtant, l’exemple de la Révolution française de 1789 nous montre que l’observation n’est pas un mot aussi neutre qu’il y paraît. Ce vocabulaire accompagna de près les événements, comme l’indique ce graphique produit à partir de google ngramviewer, et représentant la fréquence relative du mot observateur en fonction des années :

Fréquence relative du mot “observateur” de 1710 à 1830, d’après Google ngramviewer

On se met à parler brusquement d’« observateur » durant la Révolution française. Mais ce qu’il faut bien comprendre, c’est que ce terme n’était pas un moyen de désigner ceux qui se tenaient en retrait : au contraire, durant la Révolution française, rien n’est plus actif qu’un observateur. C’est quelqu’un qui démasque les complots, surveille les élus. Un journal intitulé Le Club des observateurs représente le drapeau français en mettant côte-à-côte des armes et un œil grand ouvert : combattre et observer sont les deux moyens de préserver les libertés acquises.

Source : ark:/12148/bpt6k1519486b

À l’époque, l’observation est en effet conçue comme une méthode démocratique, une compétence nécessaire aux citoyens d’un État libre. Selon Garat, un temps ministre de l’intérieur, l’esprit d’observation « convient éminemment à une République naissante ».

D’abord, la République repose sur le vote. Mais comment savoir pour qui voter ? Comment être sûr que notre représentant sera quelqu’un d’honnête ? La réponse des révolutionnaires est simple : il faut apprendre à observer.

« Sur quels fondements juger que, dans une place importante, ils conserveront la probité qu’ils avaient dans une situation qui les exposait moins ? […] Livrez-vous à l’étude des hommes ! »

Cabinet du souverain, 25 mai 1797

La République suppose aussi de distribuer les fonctions selon le mérite et non selon le bon-vouloir des puissants. Il faut donc recruter les gens par concours plutôt que par ouï-dire. Mais là-encore, comment les jurys reconnaîtront-ils les candidats méritants et dignes de confiance ? Toujours en observant.

Comme elle repose sur l’esprit d’examen individuel et sur une recherche de la transparence, l’observation a été l’une des armes de la République. La première en fait un mot révolutionnaire, tandis que la troisième la mettra à l’honneur dans ses programmes scolaires, comme dans la « leçon de choses ». Dans De la démocratie en Amérique, Alexis Tocqueville rapportait les préférences scientifiques des Américains du 19e siècle à leur régime politique : la démocratie privilégierait l’empirisme. Cette façon d’étudier les méthodes à travers l’histoire politique pourrait être encore un programme de recherche. Nous avons l’impression que l’observation est une activité neutre et non-engagée. Mais lorsqu’un artiste nigérian comme Fela Kuti écrit une chanson intitulée « Observation is no crime » dans laquelle il dénonce systématiquement les abus qui l’entourent, l’observation retrouve, par le jeu du contexte, sa coloration politique qu’elle n’a en fait jamais perdue.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.