Les idées claires et les théories du complot

Depuis l’année dernière, France Culture propose une série de podcasts intitulés « Les Idées claires ». L’objet de ces courtes émissions est de lutter contre les théories du complot, la désinformation ou les « fake news » en faisant appel à la science. Paradoxalement, le titre retenu pour ces émissions permet justement de comprendre que les théories du complot ne sont pas le contraire de la science moderne, mais une dérive qui s’appuie sur des principes comparables : la clarté, la démocratisation du savoir, et la croyance en des faits qu’il s’agirait de découvrir…

Dans son essai Des Sources de la connaissance et de l’ignorance, Karl Popper rappelle que le 17e et le 18e siècle ont imposé une nouvelle vision de la connaissance fondée sur ce qu’il nomme « le caractère manifeste de la vérité ». Au lieu que le savoir repose sur l’autorité des penseurs antiques ou des institutions religieuses, la science prétend désormais se construire à partir de données évidentes, révélées soit par les sens, soit par l’intelligence. Au fondement de la science, on trouve dorénavant l’observation et les idées claires, l’une et l’autre irréfutables. Cette nouvelle conception du savoir est plutôt démocratique puisqu’elle suppose que tout un chacun, confronté à la vérité, serait capable de la reconnaître. Au lieu de croire sur parole les savants, les théologiens ou les philosophes antiques, chaque individu peut désormais évaluer une proposition scientifique en remontant aux observations ou aux idées évidentes qui lui servent de fondement.

Or, remarque Karl Popper, cette conception très démocratique du savoir, salutaire dans l’ensemble, a malheureusement un effet secondaire néfaste : elle crée des théories du complot. En effet, s’il suffit de voir la vérité pour la reconnaître, comment se fait-il que l’ignorance soit la règle dans la société ? Si l’ignorance domine le monde, n’est-ce pas parce que quelqu’un, quelque part, a intérêt à maintenir cette ignorance ? À partir du moment où l’on croit que la vérité est quelque chose de simple et d’évident, on ne peut plus expliquer l’ignorance sans l’attribuer à un complot pour maintenir le peuple dans l’obscurité.

Dans une société qui voit fleurir les théories en tout genre, il est tentant de se replier sur les fondamentaux de la science, l’observation ou la clarté. Mais cette réponse serait doublement insuffisante. Plus on insiste sur l’évidence de la science, plus on court le risque de fortifier le raisonnement au fondement de la théorie du complot : mieux vaudrait alors souligner que la vérité scientifique résulte d’une élaboration complexe, conflictuelle, et qu’elle est toujours fragile.

D’autre part, il faut savoir rester nuancé dans les attaques contre les théories du complot, sous peine de disqualifier un certain type de raisonnement qui a pourtant une légitimité. Regardons par exemple cette citation, belle et dérangeante, de Michel Foucault dans l’émission Radioscopie :

« Le savoir est tout de même profondément lié au plaisir. […] Et ça, que l’enseignement ne soit pas capable, même de révéler cela ; que l’enseignement ait presque pour fonction de montrer combien le savoir est déplaisant, triste, gris, peu érotique, je trouve que c’est un tour de force ; et ce tour de force, il a presque sa raison d’être ; il faudrait savoir pourquoi notre société a tellement d’intérêt à montrer que le savoir est triste… Peut-être précisément à cause du nombre de gens qui sont exclus de ce savoir. »

Ce type de raisonnement est très proche de celui qui guide les théories du complot : l’ignorance serait orchestrée ; elle aurait un responsable dans la société. Pourtant, l’argument de Michel Foucault mérite d’être discuté… Au fond, ce qui distingue le mieux la science des théories du complot, ce ne sont pas tant la manière de raisonner que l’acceptation d’une fragilité. Un scientifique acceptera toujours le débat et sera prêt à se rétracter si on lui oppose de bonnes objections : les vérités qu’il propose sont fortes précisément parce qu’elles sont fragiles, exposées à toutes les critiques. Au contraire, un complotiste ne change jamais d’avis, parce que son raisonnement cherche seulement à justifier un résultat qu’il désire voir confirmé. Ce n’est pas l’évidence (sous la forme d’idées claires ou d’observation) qui nous sauvera de la mauvaise foi, mais la critique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search