La méritocratie et la phrénologie

La méritocratie est un modèle de société où chacun serait récompensé en fonction de son travail. Le mot d’ordre de ce système pourrait être : « À chacun selon son effort. » Les citoyens les plus méritants obtiendraient les meilleurs salaires, les meilleurs postes, etc.

La méritocratie, dont la société française se réclame, possède pourtant plusieurs parts d’ombre et plusieurs zones de flou. Elle pourrait être juste si l’on disposait d’un moyen d’évaluer le mérite individuel : mais cette tâche se révèle en réalité impossible. Comment reconnaît-on le mérite d’un individu ? Aux résultats qu’il obtient ? Ce serait prendre le raisonnement à l’envers : un individu ne serait plus haut-fonctionnaire parce qu’il est méritant, mais méritant parce qu’il est haut-fonctionnaire. La méritocratie ne serait alors qu’un moyen de légitimer l’ordre établi. Obtient-on une base plus solide en mesurant le travail des individus ? Ce critère ne peut pas non plus être retenu, car l’effort en lui-même ne suffit pas : le mathématicien qui résout laborieusement un problème en testant une à une toutes les possibilités n’est pas plus méritant que celui qui résout élégamment le même problème avec une astuce simple. Pour qu’il soit possible de mesurer le mérite, il faut donc admettre des présupposés qui sont loin d’être évidents comme : 1) il existe une meilleure façon d’atteindre un but donné ; 2) tous les individus partent de la même ligne ; etc.

Tous ces problèmes apparaissent clairement lorsqu’on les confronte à des solutions originales qui furent développées au xixe siècle, par une science intitulée la « phrénologie ». Les phrénologues étaient des savants qui prétendaient révéler le déterminisme cérébral des individus. En examinant un crâne, ils pensaient pouvoir dire si l’individu était destiné à être un criminel, un savant, un artiste ; s’il avait un penchant pour la colère ou pour la jouissance ; etc. L’examen du corps extérieur révélait tout de la vie intérieure.

Lorsque j’ai commencé à découvrir cette science, à travers les romans de l’époque, elle m’est apparue comme une science terrifiante, propice aux pires dérives. Elle justifiait le racisme, et donnait lieu à des dérives sécuritaires comme arrêter un criminel en puissance avant qu’il ne commette le moindre crime. L’imaginaire morbide dont elle s’entourait – les crânes, les têtes tranchées – contribuait à lui donner une aura maléfique. Et pourtant, dans le contexte politique du premier 19e siècle, la plupart des phrénologues furent des républicains et des progressistes. Après la révolution de 1830, la phrénologie s’afficha même comme une science de gauche, une manière de renouveler l’ordre social. La méritocratie en fut l’un des champs d’application.

Dans des cours sur la phrénologie qui firent scandale durant la monarchie de Juillet, le médecin Broussais propose ainsi de se servir de la phrénologie pour mesurer le mérite. Les individus, dit-il, sont destinés par leurs corps à adopter tel ou tel comportement : il y a des criminels nés, de même qu’il y a des hommes qui sont faits pour être des génies. Broussais propose alors de regarder ce que ces hommes sont devenus : c’est l’écart entre leurs actions réelles et les contraintes du déterminisme qui permet de juger du mérite. Ainsi, un homme destiné à être criminel mais qui aura réussi à résister toute sa vie à ses penchants afin de rester honnête sera jugé plus méritant que l’homme destiné à être génial, et qui n’a fait que suivre son caractère en le devenant effectivement. Le mérite ainsi mesuré ne coïncide plus du tout avec la hiérarchie sociale. Un ouvrier peut l’emporter en mérite sur un général ; un pauvre sur un riche.

Il suffirait de déplacer aujourd’hui ces propositions de la sphère biologique à la sphère sociologique pour que leur caractère révolutionnaire réapparaisse. On ne jugerait plus le mérite en fonction du rang atteint, mais en fonction de l’effort fourni pour dépasser un déterminisme. Figaro serait plus méritant que le comte Almaviva, puisqu’il dit lui-même avoir fait plus d’efforts « pour subsister seulement qu’on en a mis depuis cent ans à gouverner toutes les Espagne ». Mais si cette définition du déterminisme a l’avantage d’être logique, elle révèle aussi l’absurdité de la mérito-cratie en montrant précisément que ce ne sont pas les plus méritants qui ont le pouvoir. Personne ne va voir la femme de ménage qui se lève depuis trente ans aux aurores pour lui demander : « Voulez-vous diriger ? » La méritocratie n’est donc pas le pouvoir des méritants comme la démocratie serait le pouvoir du peuple. Tous les méritants n’ont pas le pouvoir ; c’est le pouvoir qui veux qu’on reconnaisse son mérite.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search