Une méthode : l’art de la mémoire

Le meilleur exemple que l’on puisse donner pour comprendre ce qu’est une méthode est « l’art de la mémoire ». Cette expression renvoie à tout un ensemble de techniques mentales utilisées dans la rhétorique, depuis Simonide, pour mémoriser de longs discours. Frances Yates a étudié les textes théoriques consacrés à ce sujet de l’Antiquité à la Renaissance dans un ouvrage passionnant : L’Art de la mémoire.

Voici un exemple modernisé d’une technique mentale s’approchant de l’art de la mémoire. Essayez de faire successivement ces deux exercices.

  • Faites défiler 20 mots aléatoires, un toute les 5 secondes, en essayant d’en mémoriser le plus possible et notez le résultat. (vous pouvez utiliser des générateurs de mots sur internet).
  • Mémorisez cette liste, où chaque chiffre de 1 à 20 a été remplacé par un mot à la sonorité proche : 1-Daim, 2-Dieu, 3-Croix, 4-Carte, 5-Sein, 6-Scie, 7-Cèpe, 8-Huitre, 9-Œuf, 10-Dire, 11-Bonze, 12-Douche, 13-Tresse, 14-Gâteau, 15-Case, 16-Chaise, 17-Disquette, 18-Inuit, 19-Titeuf, 20-Vin. Puis, refaites défiler une liste de 20 mots aléatoires au même rythme que la dernière fois. Au lieu d’essayer de les mémoriser, utilisez chacune des 5 secondes pour créer une image mentale associant le mot à retenir et le mot correspondant de la liste. Par exemple, si le premier mot à mémoriser est « chaussure », imaginez un daim chaussé de baskets ; si le deuxième est « abricot », imaginez Jésus sur sa croix en train de croquer un abricot ; etc. À la fin, retrouvez les 20 mots aléatoires en vous servant de la première liste.

La différence entre les deux exercices est frappante. La seconde fois, vous aurez non seulement mémorisé beaucoup plus de mots, mais vous serez également capable de les réciter dans n’importe quel ordre (si on vous demande quel est le treizième mot de la liste, il vous suffit de retrouver le mot-indice « Tresse » puis l’image associée). Enfin, le souvenir sera beaucoup plus persistant. Sans rien avoir révisé, vous serez encore en mesure, deux jours après, de citer une large partie des mots à apprendre.

Cette deuxième façon de mémoriser est une méthode. Ce qu’on entend par là, ce n’est pas seulement une manière de réaliser une tâche plus efficacement. Une méthode, c’est une technique mentale :

1° Enseignable. Contrairement à une compétence instinctive ou à un savoir-faire, la méthode est enseignable directement et instantanément. Il vous a suffi de lire cet article pour augmenter d’un seul coup votre capacité à mémoriser une liste. En une demi-heure, une classe d’élèves de seconde passe d’en moyenne quatorze mots mémorisés de manière spontanée à 17 mots avec la méthode.

2° Collective et perfectible. Une méthode est une technique qui se perfectionne dans l’histoire. Chaque utilisateur contribue à l’améliorer. Ainsi, les élèves auxquels on l’enseigne peuvent proposer des changements dans la liste de chiffres pour rendre la méthode de plus en plus efficace (remplacer l’indice 1-Huns par 1-Daim…)

3° Égalitaire. L’existence d’une méthode écrase les talents. C’est le très bel argument de Francis Bacon. On peut se vanter de savoir tracer un cercle à main levé (=talent) ; mais à partir du moment où l’on invente le compas, tout le monde peut obtenir ce même résultat (=méthode). Ainsi, lorsqu’on effectue l’exercice de mémorisation avec une classe, les écarts sont bien moins importants avec la méthode (entre 15 et 20 mots retenus) que sans (de 8 à 18 mots retenus). L’enseignement d’une méthode ne vise pas seulement une forme d’efficacité mais aussi et surtout de nivelage par le haut.

Les méthodes sont donc des objets essentiellement politiques, qui s’opposent à une conception essentialiste, individualiste et inégalitaire de la connaissance. Il est dommage que la « méthodologie » soit aussi dépréciée dans notre société, en particulier à l’université où ces cours sont systématiquement délégués à des contractuels, des vacataires ou des ATER – des postes pour lesquels le fort turn-over empêche de développer des projets à long terme.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Derainne Lucien (2 octobre 2021). Une méthode : l’art de la mémoire. Ébruiter les méthodes. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzo5


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search