Enseigner par la méthode

La façon actuelle d’enseigner dépend d’une définition très individuelle de la méthode. Nous considérons qu’une méthode est une technique permettant d’effectuer une action de manière plus efficace. L’école cherche à inculquer ces techniques aux élèves pour les transformer en citoyens éclairés et en travailleurs efficaces. La dissertation, par exemple, est une méthode qui apprend à argumenter plus efficacement.

Au fond, cette définition minimale de la méthode vient compléter un programme entièrement centré sur les talents et les compétences. On attend de l’école qu’elle repère et affute les talents individuels. Son idéal : produire des bons élèves, c’est-à-dire des individus organisés, autonomes, qui s’expriment aisément, etc.

À première vue, cette manière d’envisager l’enseignement semble acceptable. Néanmoins, ces principes, lorsqu’on suit leur logique, peuvent conduire à des propositions plus inquiétantes. Ils ne disent rien, par exemple, de l’égalité entre élèves, ni de l’aspect collectif de l’enseignement. Pour l’élève ou l’étudiant, l’enseignement devient une façon d’investir dans ses propres compétences. Il est très facile, à partir de cette conception de l’école, de défendre l’élargissement des cours à distance (puisque l’idée de « classe » n’a pas vraiment de pertinence) ou l’obligation de payer pour faire des études (puisque seul l’élève est bénéficiaire des cours).

Les choses seraient différentes si l’on raisonnait à partir d’une définition alternative de la méthode. Dans la perspective ouverte par la relecture de Bacon durant la révolution française, une méthode pourrait être conçue comme une action transformée en projet historique collectif. Ce qui caractérise véritablement une méthode, ce n’est plus qu’elle apporte de l’efficacité, mais le fait qu’elle est perfectible. Chaque fois qu’on l’utilise, on peut en profiter pour l’améliorer – et cette amélioration bénéficie à tous ceux qui l’utiliseront après nous. Lorsqu’elle est changée en méthode, une action (mémoriser, argumenter, observer, parler…) cesse d’être simplement reproduite ou diffusée : elle se transforme de manière accumulative dans l’histoire.

Cette perspective conduit à réenvisager entièrement le rôle de l’enseignement. Un cours ne devrait pas seulement être le lieu où l’on transmet un savoir-faire aux élèves : son véritable objectif pourrait être la fabrication et l’amélioration collectives de méthodes. L’enseignement ne produit plus seulement des individus compétents : son principal apport tient dans les dispositifs qu’il a contribué à forger.

La question que se pose en priorité l’enseignant n’est plus, alors : « Comment transmettre mon savoir et mes savoir-faire aux élèves ? » Sa préoccupation première devient celle-ci : « Comment mettre en place des dispositifs d’apprentissage qui vont s’améliorer au contact des élèves, d’année en année ? » Le pari étant qu’en moyenne, à l’échelle d’une carrière, cette perspective centrée sur la méthode l’emporte sur la précédente, y compris pour la formation individuelle des élèves et étudiants.

Quelques exemples de dispositifs allant dans ce sens (à améliorer – évidemment !)

  • L’invention de moyens mnémotechniques. Au lieu de demander la définition d’un concept lors d’un contrôle de cours (« L’allitération est la répétition d’une même consonne dans une phrase ; l’assonance est la répétition d’une même voyelle »), demander aux élèves d’inventer un moyen mnémotechnique pour se souvenir de cette définition (Résultat obtenu en cours réel : « “AllitératioN” termine par une consonne : c’est donc la répétition d’une consonne. “AssonancE” termine par une voyelle : c’est donc la répétition d’une voyelle »). Les meilleurs moyens mnémotechniques inventés par cette voie deviennent alors un élément du cours de l’année prochaine. Le contrôle se déplacera alors sur une autre notion.
  • Faire rédiger un mini-dictionnaire contenant tous les mots difficiles d’une séquence. L’année suivante, le dictionnaire est diffusé au début du cours, et le projet se déplace vers l’invention d’un autre outil (enregistrement d’un audio du livre étudié, etc.).
  • Contrôle de cours sans question. Au lieu d’interroger les élèves sur des points précis, leur demander d’écrire de mémoire tout ce dont ils se souviennent du cours (à faire une ou deux semaines après le début d’une séquence). Tout en vérifiant les connaissances des élèves, le professeur obtient surtout une carte de son cours, qui lui permettra de retravailler les points oubliés collectivement.
  • Dans l’enseignement supérieur, on peut même imaginer des cours de méthodologie dans lesquels on incite les étudiants à réinventer les méthodes universitaires traditionnelles (explication de texte, dissertation, etc.).

Ces quelques exemples de dispositifs sont encore très insuffisants, mais ils illustrent la préoccupation qui pourrait être celle de l’enseignant s’il raisonne à partir de cette nouvelle définition de la méthode. Sans bouleverser les pratiques quotidiennes, ce cadre philosophique a des implications politiques très différentes de celles qui prévalent actuellement.

Ainsi, l’école ne vise plus l’épanouissement des « talents » (ces « savoir-faire » supposément innés et inégalitaires) : elle cherche à faire passer les compétences d’un élève à l’autre, à rendre enseignable et diffusable chaque petite technique qui assure la supériorité d’un élève.

En somme, ce n’est plus l’école qui est au service de l’élève mais l’élève qui se met au service de l’école. Dit comme ça, cela peut paraître inquiétant, mais cela signifie surtout que l’élève est conçu comme un producteur actif de méthode. À ce titre, ce n’est pas lui qui devrait payer pour avoir le droit de fréquenter une école ou une université : au contraire, on pourrait tout à fait envisager l’instauration d’un salaire étudiant, validant son rôle créateur.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Derainne Lucien (7 octobre 2021). Enseigner par la méthode. Ébruiter les méthodes. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzo6


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Irène Gaillard dit :

    Bonjour, je découvre votre blog. Je me permets de vous écrire pour vous dire que j’aime beaucoup votre réflexion sur l’observation, et les inversions en matière d’école. Bravo!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search