Un salaire étudiant d’Aurélien Casta

Aurélien Casta, Un salaire étudiant. Financement et démocratisation des études, Paris, La Dispute, 2017

Alors que l’actualité est plutôt à la hausse des frais d’entrée à l’université et au développement de l’endettement pour les études, ce petit livre d’Aurélien Casta propose d’inverser la réflexion en envisageant la création d’un salaire étudiant.

L’ouvrage commence par retracer l’histoire des politiques allant dans le sens d’une financiarisation des études, depuis le 19e siècle, en comparant la trajectoire de la Grande-Bretagne (où les frais d’inscription sont aujourd’hui très élevés) et celle de la France (dont les dirigeants semblent vouloir aller dans le même sens). Ceux qui défendent l’instauration de frais d’inscription élevés s’appuient sur plusieurs arguments :

  • Le capital humain. En choisissant l’apprentissage, les étudiants acceptent d’entrer plus tard sur le marché du travail en échange de quoi ils deviennent plus productifs et peuvent ensuite prétendre à des salaires plus élevés. Le choix d’étudier résulterait donc d’un calcul économique de leur part : ce serait une façon d’investir sur eux-mêmes. Dans cette perspective, il est à la fois logique et utile de rendre les études payantes. Logique parce que l’université sert à accroitre le potentiel économique futur de l’étudiant, qui lui est donc redevable ; utile parce que les frais d’entrée forcent les candidats à réfléchir en termes de plus-value (« le jeu en vaut-il la chandelle ? »).
  • Le marché de la dette. Pour payer les droits d’entrée à l’université, les étudiants s’endettent. Or, ces dettes étudiantes constituent un véritable marché, au même titre que les prêts immobiliers. Rendre les études payantes bénéficierait alors à l’économie (ou à la finance – la nuance est importante).
  • Les bienfaits de la concurrence. À partir du moment où ils paient pour leurs études, les étudiants seront naturellement plus exigeants envers leurs établissements. Les universités, ainsi mises en concurrence, seront amenées à améliorer leurs services.
  • L’égalité sociale. Enfin, contre la gratuité, on peut faire valoir que l’université est un service majoritairement utilisé par les enfants des classes supérieures. En subventionnant les études, l’État redistribue donc l’argent de manière inégalitaire, puisque ces sommes bénéficient principalement à ceux qui sont déjà les plus dotés. (à quoi on répondra que sans gratuité, les inégalités seront encore plus fortes…)

Par opposition à ces politiques publiques, le livre retrace ensuite l’histoire d’une « autre politique » : l’idée d’un salaire étudiant, envisagé dans l’immédiate après-guerre. Il ne s’agit pas de simplement réhabiliter ces propositions (faites dans un contexte où le nombre d’étudiants était bien moindre qu’aujourd’hui) mais de s’en inspirer pour envisager autrement l’université.

Dans toute cette seconde partie, le livre montre tout d’abord que ce projet n’est pas une utopie : le dernier chapitre contient des éléments budgétaires et des propositions concrètes de mise en place (en réformant Pôle emploi). Cette perspective réaliste est tout à fait nécessaire pour inscrire cette idée dans le débat public, mais en contrepartie, il est dommage que le livre n’accorde pas plus de place à la justification philosophique de ce salaire. Si l’on essaie de rassembler les remarques éparses sur ce sujet, on peut néanmoins repérer plusieurs types de justifications :

  • Ce salaire serait en fait une aide, visant à protéger les étudiants, en leur garantissant les conditions matérielles nécessaires pour étudier (logement, santé, indépendance financière…). Ce serait un moyen de simplifier les aides existantes en les réunissant en un seul dispositif (bourses CROUS, exonérations d’impôt, aides au logement de la CAF, soutien des employeurs et des conseils régionaux pour la formation continue…), et de permettre la démocratisation des études. Néanmoins, dans cette perspective, cette somme d’argent mensuelle est bien conçue comme une « aide » et non comme un « salaire », rémunérant un travail.

L’instauration d’un salaire étudiant suppose donc d’admettre que l’étudiant est un travailleur, un producteur de richesses (terme qui ne se confond pas avec la valeur économique). Deux perspectives sont alors possibles :

  • Soit le salaire vient rémunérer la production future d’une richesse (ce serait un « pré-salaire »). On considère alors que l’éducation d’un individu profitera à tous dans l’avenir, et qu’on peut donc lui reverser par avance une partie des bénéfices qu’il fera faire à la société.
  • Soit le salaire vient rémunérer une production actuelle de richesse. C’est le point le plus intéressant et celui qui justifie véritablement, d’un point de vue philosophique, le versement d’un salaire aux étudiants. C’est pendant leurs études que ceux-ci se rendraient utiles à la société. Cette position est bien celle défendue par Aurélien Casta et par la plupart des associations qui prônent le salaire étudiant, mais la nature de ce bénéfice n’est pas vraiment explicitée dans l’ouvrage.

Qu’est-ce que l’on crée en étudiant ? Du savoir, bien sûr : les mémoires de master ou les comptes rendus de stage sont déjà une forme d’innovation intellectuelle, produisant des idées inédites. À cela s’ajoute tout ce qui ressort de la vie autour des études : engagement associatif, bénévolats, débats, etc.

Mais j’aimerais personnellement insister sur une autre forme de bénéfice, liée à la conception de la méthode défendue par ce blog. On pourrait dire, je pense, que les étudiants améliorent l’enseignement lui-même. Contrairement à ce qui se passe dans le cas d’un cours à distance ou d’un MOOC, les retours incessants des étudiants sur le cours qu’ils écoutent (questions, interventions, contrôles, etc.) s’apparentent à une véritable formation de l’enseignant et contribuent à perfectionner sa manière d’apprendre. Chacun de ces retours bénéficie donc à toutes les générations futures d’étudiants. Certes, ce phénomène ne suffit pas en lui-même à défendre l’instauration d’un salaire étudiant, parce qu’il a lieu de l’école maternelle à l’université. Néanmoins, l’enseignement supérieur pourrait donner à ce phénomène un statut différent, en le plaçant au centre de la relation d’enseignement. Les cours de « méthodologie », parents pauvres des cursus actuels, boudés à la fois par les étudiants et les professeurs, deviendraient ainsi les lieux où des dispositifs d’apprentissage seraient perfectionnés collectivement. Le fait même d’étudier serait ainsi producteur. De quoi ? De méthodes – ces constructions intellectuelles qui permettent de politiser le talent en le partageant et en le rendant à la fois enseignable et perfectible.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Derainne Lucien (8 octobre 2021). Un salaire étudiant d’Aurélien Casta. Ébruiter les méthodes. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzo7


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10/10/2021

    […] Un salaire étudiant d’Aurélien Casta […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search