Sur le profilage par siècle des postes en lettres

Dans la 9e section du CNU (« langue et littérature française »), les postes de « littérature » sont systématiquement profilés par siècle : il y a des postes dix-septiémistes, dix-huitiémistes, dix-neuviémistes, etc. Je voudrais proposer quelques pistes de réflexion montrant que ce profilage est un véritable obstacle épistémologique.

Disons-le tout de suite, si cette division temporelle est aussi forte dans le champ universitaire français et si elle se maintient au cours du temps, c’est avant tout car elle répond à une logique institutionnelle. La répartition par siècle des enseignants-chercheurs anticipe notamment la préparation à l’agrégation – concours dont le programme, constitué d’une œuvre canonique par siècle, du Moyen âge au 20e, détermine largement l’organisation des études de lettres. Surtout, elle est un moyen stratégique de résister à la disparition progressive des postes, en créant une grille de besoins lisible par la DRH (“il nous manque un enseignant en 19e”). Sans discuter du bien-fondé de cette stratégie, on notera donc seulement que cette répartition temporelle du travail prend sens dans la perspective de l’enseignement, et par rapport à un contexte de suppression des postes de maîtres de conférence. Reconnaître ces deux justifications ne doit cependant pas nous empêcher d’interroger la légitimité de ce cadre institutionnel.

Car du côté de la recherche ce découpage séculaire est une absurdité. Y a-t-il un seul argument scientifique qui justifie d’imposer aux chercheurs un prédécoupage arbitraire de l’histoire littéraire en tranches de cent ans ? Personnellement, je n’en vois aucun.

Tout le monde s’accorde à dire que la délimitation d’une période temporelle est un geste éminemment scientifique.  Par exemple, affirmer que la Seconde Guerre mondiale va de 1939 à 1945, c’est mettre l’Europe au centre de l’analyse au détriment de l’Asie. L’analyse de la Révolution française ne sera pas du tout la même si l’on choisit de l’arrêter en 1791, en 1793, en 1800, en 1815, en 1830, en 1848, etc. Pour tous les sujets historiques, le choix de la période est toujours une interprétation qui détermine déjà en elle-même une grande partie de ce que l’on va pouvoir dire. Or, dans la recherche en lettres, le savant n’est pas libre de définir entièrement sa période, puisque l’institution lui impose un prédécoupage. Les effets de cette division institutionnelle se font sentir à plusieurs niveaux :

  • Comme on l’a dit, elle entrave l’étude de phénomènes à cheval sur plusieurs siècles. En travaillant sur l’histoire de l’observation dans ma thèse, je suis ainsi arrivé à la conclusion que la périodisation la plus pertinente était 1750-1850. J’ai donc assumé ce choix et il a été validé par tous les membres du jury… Pourtant, ayant ensuite été auditionné pour des postes dix-huitiémistes, on m’a dit explicitement qu’il faudrait me « recentrer » sur le 18e ou le 19e si je voulais être recruté, que mon « identité de dix-huitiémiste » n’était pas encore assez claire ou on m’a demandé : « si vous êtes recruté, est-ce que vous serez prêt à abandonner l’étude du 19e siècle ? ».
  • Elle conduit à minorer les œuvres parues au tout début d’un siècle, comme par exemple le génial De la littérature (1800) de Germaine de Staël. Ces œuvres se retrouvent, par définition, en marge des domaines chronologiques couverts par les chercheurs, et deviennent délicates à enseigner puisqu’on court toujours le risque d’empiéter sur le domaine du collègue spécialiste de l’autre siècle.
  • Elle crée des périodes blanches, sous-étudiées. Ainsi, comme on peut affirmer, d’une part, que le 18e siècle se termine avec la Révolution française et que le 19e siècle commence à la Restauration, tout le « moment 1800 » (appelé « la période sans nom » dans les études littéraires !) se retrouve occulté.
  • Elle crée des artefacts et des fausses questions. Ainsi, dans les études de lettres, les dix-huitiémistes estiment souvent que la presse spectatoriale (qui prend modèle sur Le Spectateur d’Addison) « disparaît » avec la Révolution. De l’autre côté de la barrière, les dix-neuviémistes acclament la naissance ex nihilo d’une nouvelle figure, « typique de la modernité » : le flâneur (né en 1808)… Mais il suffit de comparer ces corpus pour s’apercevoir de la continuité entre les deux.
  • Elle impose, de manière anachronique, une conception du temps qui s’invente au 19e siècle. En effet, les travaux de Stéphane Zékian ou d’Alain Corbin ont rappelé que ce n’est qu’au 19e siècle que l’on a considéré que chaque siècle constituait un cadre temporel cohérent, doté d’un « esprit » particulier. Le 19e siècle est le premier à utiliser son numéro (19) comme le signe d’une identité forte et revendiquée. Projeter cette perspective sur les siècles antérieurs fait donc courir à la recherche un risque d’anachronisme.
  • Elle simplifie la scansion historique, en particulier du point de vue des étudiants, encouragés par les programmes à raisonner en termes massifs : 17e=classique, 18e=lumière, 19e=réalisme…
  • Elle creuse le décalage entre les études littéraires et toutes les sciences humaines voisines, dont aucune n’adopte une division aussi rigide. En histoire, en philosophie et même en linguistique, il est beaucoup plus fréquent d’assumer des recherches sur des périodes décalées, et de faire dialoguer des spécialistes de différents siècles.
  • Elle tend à cloisonner la recherche en petites chapelles. Comme les revues reconduisent ce découpage, les travaux sur le 19e tendent à n’être lus que par les dix-neuviémistes, etc.
  • Enfin, cette division par siècle est aussi soutenue par un imaginaire du chiffre rond. On sait bien qu’à chaque fin de siècle s’est associé des fantasmes de fin du monde ou de renouvellement (cf l’an 2000). Croire que l’histoire changera chaque fois que le calendrier se remettra à zéro a aussi quelque chose de rassurant. C’est l’espoir des « bonnes résolutions » que l’on prend en début d’année : face au cours brutal de l’histoire, l’esprit humain a sans doute besoin de croire en des moments de changement privilégiés, réguliers, et prédéterminés… Mais la science doit-elle reconduire cette croyance ? Qu’il soit permis d’en douter.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Derainne Lucien (12 octobre 2021). Sur le profilage par siècle des postes en lettres. Ébruiter les méthodes. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzo8


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Emmanuelle Sempere dit :

    Vos arguments se tiennent sur le plan scientifique… encore que ce soit discutable, mais sur le plan des Ressources humaines, ils risquent fort d’être délétères.
    Sous couvert de rendre plus aisées et naturelles les études sur les périodes blanches d’une part et la prise en compte du temps long pour des phénomènes transséculaires d’autre part, ils conduisent à encourager l’absence de spécialisation historique au profit de spécialisations textuelles, thématiques ou conceptuelles.
    Or la presse d’ancien régime ne mobilise pas les mêmes outils de recherche ni les mêmes connaissances que la presse sous l’empire, par exemple, et les concepts doivent être fortement conceptualisés pour être correctement étudiés; la connaissance des états de langue et des déterminations contemporaines est un préalable indispensable. Analyser le roman du XVIIIe au prisme du roman du XIXe par exemple fonctionne extrêmement mal, et il y a beaucoup de contresens qui circulent sur les enjeux politiques et épistémologiques des oeuvres littéraires du fait d’un manque de connaissances historiques et lexicologiques.
    Il y a d’autres moyens pour encourager les études “dans les coins” et “dans les marges”: tout simplement en remettant en cause les canons. La “période sans nom” a surtout été occultée car c’est une période marquée par une très importante littérature féminine, sous-étudiée même en milieu de siècle, elle a aussi été occultée pour des raisons politiques, et le De la littérature ne “rentre” pas dans les catégories génériques couramment admises par les études scolaires. Beaucoup de textes hors périodes blanches souffrent de ce phénomène et pour les étudier, il faut, au contraire, davantage de spécialistes. Mais de spécialistes curieux, et moins inquiets des effets de leur ultra-spécialisation sur leur avenir professionnel.

    • Derainne Lucien dit :

      Merci beaucoup pour ce commentaire qui apporte des contre-arguments intéressants au point de vue défendu dans l’article ! Il me semble en effet très juste de souligner le fait que le “moment 1800” a été sous-étudié à cause du peu de place laissée à la littérature féminine et à la littérature d’idée dans le canon littéraire, et pas seulement à cause de sa position chronologique entre deux siècles : l’ouvrage critique intitulé “Une période sans nom” (2016) apportait d’ailleurs des éléments intéressants à ce sujet. Il est toutefois notable que toutes ces “périodes vides” se situent à la croisée de deux siècles (c’est par exemple aussi le cas des années 1470-1530 étudiées sous cette perspective par Ellen Delvallée) alors que si la cause était seulement le canon littéraire la chronologie devrait être arbitraire… L’utilité des spécialistes me semble également indéniable. En revanche, je persiste à croire que sur certains sujets, tenant particulièrement à l’histoire des idées, il est nécessaire d’adopter des périodisations plus larges : or, dans cette pespective, le système universitaire actuel permet difficilement d’assumer des périodisations allant d’un siècle à l’autre, alors que celles-ci peuvent appraître nécessaires scientifiquement. Reste le problème des ressources humaines, effectivement problématique : je serais malheureux que les raisons exposées dans mon article deviennent des arguments pour vanter une “polyvalence” des enseignants, et in fine une justification supplémentaire pour réduire les postes… Ce que je défends est plutôt la possibilité d’être spécialisé sur certains phénomènes allant par exemple de 1750-1850 – ce qui ne signifie évidemment pas qu’on devient un spécialiste universel du 18e et du 19e siècle. L’effacement des spécialités est d’ailleurs tout autant causé par les découpages séculaires, puisqu’il n’est, en un sens, pas plus absurde de se prétendre “spécialiste du 19e siècle” que “spécialiste des années 1750-1850”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search