Peut-on enseigner la sensibilité ?

En analysant les appréciations inscrites par les professeurs sur les bulletins scolaires, Pierre Bourdieu faisait remarquer que les qualités louées variaient selon l’origine sociale de l’élève. Les bons élèves issus de milieux populaires tendaient à être qualifiés de « sérieux », « rigoureux », « méthodiques », « travailleurs », « méritants ». Au contraire, les bons élèves issus des classes supérieures obtenaient plus souvent des qualificatifs tels que « brillants », « fins », « sensibles », comme s’ils échappaient à la grille d’évaluation par une qualité individuelle difficilement descriptible, une sorte de grâce – en fait une aisance socialement déterminée avec les codes scolaires.

L’enseignant de français réceptif à ces questions se trouve alors face à dilemme. D’un côté, il aimerait renoncer à ces différents qualificatifs afin de ne pas reconduire des préjugés sociaux, et de ne pas entériner des inégalités construites en-deçà de l’école. Mais s’il est aisé d’abandonner une appréciation comme « brillant », qui ne renvoie à aucune qualité spécifique (« excellent » dit la même chose sans introduire l’idée de grâce), il semble moins justifié de renoncer à parler de finesse ou de sensibilité, qui correspondent à de véritables compétences, utiles face à des textes.

Mais si l’on ne renonce pas à parler de sensibilité, alors il faut l’enseigner ! Car autrement, se contenter d’en évaluer positivement la présence dans un travail reviendrait à valoriser scolairement des compétences qui tiennent au bagage culturel que les élèves héritent de leur famille. Si l’école ne peut pas se passer de sensibilité, elle doit la considérer comme une méthode et non comme un talent. Il faudrait ainsi inventer des exercices permettant d’acquérir systématiquement et méthodiquement de la sensibilité.

Ces exercices restent encore à trouver. À titre d’exemple, je développe simplement ici un bref essai opéré dans une classe de seconde – et qui reste encore très imparfait.

Deviner le prochain coup

L’activité décrite ici est inspirée d’un exercice parfois pratiqué par les joueurs de go (un jeu de pure stratégie consistant à construire des territoires sur un plateau). Pour affuter ses instincts de joueur, on peut se livrer (si possible en groupe) à l’exercice suivant : essayer de deviner collectivement le prochain coup, à partir d’une partie de haut niveau que l’on révèle peu à peu. On montre un coup, puis on débat pour savoir où sera joué le prochain. Lorsque les débats ont abouti à une ou plusieurs réponses, on dévoile le coup suivant. Etc.

Cet exercice a plusieurs avantages. D’abord il met en œuvre tous les principes que les neurosciences recommandent pour un apprentissage efficace : il exerce une compétence par des jeux de question-correction immédiate plutôt que par une révision-lecture. Chacun voit immédiatement si son intuition était la bonne et apprend très vite à la réorienter. Mais tout en exerçant réellement l’instinct de joueur, cet entraînement a aussi l’avantage d’inclure une part d’émerveillement esthétique. Parfois, en effet, le coup révélé diffère radicalement de tout ce qui avait été envisagé par le groupe. L’apprentissage peut alors céder temporairement la place à une admiration de l’originalité de cette proposition.

Transposons maintenant cet exercice dans le cadre d’un cours de littérature. J’ai ainsi proposé à une classe de seconde de lire ligne à ligne la fable « Le loup et le chien » de La Fontaine, en essayant de deviner régulièrement la suite de l’histoire. Sans être parfait, le résultat m’a néanmoins paru aller dans le bon sens.

La fable commence ainsi :

Un loup n’avait que les os et la peau,
Tant les chiens faisaient bonne garde.
Ce loup rencontre un dogue aussi puissant que beau,
Gras, poli, qui s’était fourvoyé par mégarde.

Comment va continuer le poème ? Les élèves débattent et deux solutions acceptables émergent. Comme les loups et les chiens sont en guerre, il serait logique que le loup attaque le chien, qui s’est perdu dans le territoire de l’ennemi… Mais d’un autre côté, le loup est maigre et le chien puissant : le rapport de force n’est pas favorable à l’agression.

Je dévoile le vers suivant :

L’attaquer, le mettre en quartiers,

Cri de victoire des élèves qui avaient imaginé une agression du chien par le loup. Sauf que La Fontaine continue ainsi :

Sire loup l’eût fait volontiers

Revanche des élèves qui considéraient que le loup allait rester prudent : le temps du verbe renvoie à l’irréel les actions du vers précédent. Comment le loup va-t-il alors justifier sa lâcheté à ses propres yeux ? En se mettant à sa place, les élèves imaginent un dialogue probable : « Il va dire : “si j’avais voulu, j’aurais pu le battre, mais je n’avais pas envie.” »

C’est effectivement ce qui se passe dans la suite :

Mais il fallait livrer bataille ;
Et le mâtin était de taille
À se défendre hardiment.

Etc. Etc. Inutile de faire toute la fable dans cet article.  Mais on voit comment cet exercice permet d’entraîner la finesse de lecture en comprenant les subtilités d’un texte (le fait que La Fontaine déjoue les attentes de ses lecteurs entre le vers 5 et 6 ; le fait que les vers 7-9 sont presque du discours indirect libre, etc.)

Ce qui m’intéresse surtout, c’est l’idée qu’il faudrait trouver des exercices (meilleurs que celui-ci, sans doute) pour réellement enseigner la sensibilité, la finesse… Aucune des qualités valorisées scolairement ne devrait être conçue comme un talent, une grâce, un trait individuel. Tout ce qu’on évalue doit être enseignable : cette profession de foi suppose donc un élargissement du champ des méthodes à tout un ensemble de qualités subtiles.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Derainne Lucien (19 octobre 2021). Peut-on enseigner la sensibilité ? Ébruiter les méthodes. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzo9


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search