Pédagogie : pour ou contre Jacotot ?

Connaissez-vous Joseph Jacotot ? Ce pédagogue du début du 19e siècle a inventé une méthode d’enseignement révolutionnaire, « l’enseignement universel », postulant l’égalité des intelligences et la possibilité d’enseigner ce qu’on ne sait pas. Depuis que Jacques Rancière a vulgarisé ses idées dans Le Maître ignorant (1987), les propositions de Jacotot réapparaissent régulièrement dans le débat public. Comme je viens de lire son principal ouvrage, L’Enseignement universel. Langue maternelle (1823), pour un projet de recherche en cours, j’en profite pour mettre par écrit quelques réflexions à ce sujet.

Résumé de la méthode de Jacotot. La pédagogie de Jacotot part du constat que nous avons tous, en nous, des connaissances ou des savoir-faire que personne ne nous a enseignés. La capacité qui nous a permis d’apprendre ces choses par nous-mêmes, c’est ce que Jacotot appelle l’intelligence. Tous les êtres humains la possèdent à un même degré ; les intelligences sont égales entre elles. Si certains humains paraissent plus talentueux que d’autres, ce n’est pas parce qu’ils sont plus intelligents ou plus doués, mais parce qu’ils se laissent moins distraire par les passions, la paresse, les circonstances. En somme, les génies ont les mêmes facultés que les autres humains, mais ils vont au-devant du savoir. Le but de l’« enseignement universel » de Jacotot, c’est de rendre aux élèves le contrôle de leur propre intelligence. L’élève continuera d’apprendre par lui-même, au contact du monde ; mais au lieu de s’instruire par hasard et sans y penser, il le fera de manière systématique et volontaire. Le maître n’est donc pas là pour délivrer un cours : son rôle est simplement d’aider l’élève à se familiariser avec sa propre intelligence. Il dirige l’élève pour le rendre capable d’apprendre tout seul. C’est pourquoi un maître peut tout à fait enseigner une matière qu’il ne maîtrise pas (la musique, une langue étrangère qu’il ignore, etc.). Afin de parvenir à cette « émancipation intellectuelle », Jacotot propose de centrer l’enseignement sur l’étude exhaustive d’un livre. L’élève part d’un livre et cherche à le comprendre entièrement : lettres après lettres, mots après mots, phrases après phrases. Le maître se contente de vérifier que l’élève comprend tout ce qu’il lit. Ce détour par la lecture intensive est un exercice qui oblige l’élève à prendre conscience de la manière dont fonctionne son intelligence (par la répétition, la vérification des nouvelles connaissances, etc.).

Une alternative à l’enseignement vertical ? Si cette pédagogie continue d’avoir du succès, notamment auprès des courants intellectuels de gauche, c’est qu’elle repose sur des postulats complètement différents de celle qui domine actuellement dans nos écoles. Ce qu’il faut bien voir (pour comprendre sa radicalité), c’est que l’idée d’une égalité des intelligences ne s’applique pas seulement aux élèves entre eux mais aussi au rapport maître-élèves. Jacotot considère que le maître n’est ni plus intelligent, ni même plus savant qu’un élève. C’est juste quelqu’un qui sait apprendre tout seul, et qui montre comment s’y prendre à quelqu’un d’autre. Jacotot rend donc concevable un enseignement sans autorité, dans lequel il n’y aurait plus de séparation entre ceux qui savent et ceux qui ne savent pas.

Mes critiques. La méthode de Jacotot continue de faire réfléchir aujourd’hui parce qu’elle déjoue les postulats qui fondent la pédagogie depuis plusieurs siècles. Certains de ses exercices (comme la lecture intensive) mériteraient sans doute d’avoir plus de place dans l’enseignement actuel. Néanmoins, je ne suis pas persuadé que cette méthode soit vraiment émancipatrice. Certes, on peut se réjouir de voir quelqu’un défendre, en plein 19e siècle, l’égalité des intelligences – argument qu’il utilise lui-même pour affirmer l’égalité hommes-femmes, et réfuter le racisme. Néanmoins, il faut bien voir que cet argument est à double tranchant. En effet, la doctrine de Jacotot est aussi la seule qui permet de justifier l’élitisme d’une manière cohérente. L’élitisme affirme que les rangs et les salaires les plus élevés, dans une société, doivent être attribués aux plus méritants, c’est-à-dire à ceux qui ont fait le plus d’effort. Le problème de cette forme de méritocratie, c’est qu’il est impossible de mesurer l’effort lui-même. Si l’on prend l’exemple d’un concours, est-on bien sûr que les gagnants seront véritablement ceux qui ont le plus mérité de gagner ? La condition pour que la méritocratie soit juste, c’est que tout le monde parte d’une même ligne de départ, avec les mêmes capacités initiales. Dans ces conditions (qui correspondent aux postulats de Jacotot), les différences constatées à la fin correspondent bien à un véritable mérite : puisque tous les concurrents sont partis du même endroit, ceux qui sont parvenus le plus loin sont aussi ceux qui ont le plus travaillé.

Mais ce qu’oublie la méritocratie, et ce que dissimule la pédagogie de Jacotot, c’est qu’il y a des facteurs sociaux qui entrent en ligne de compte. Tout le monde ne part pas de la même ligne de départ. Pire : il ne suffit pas de vouloir pour pouvoir, parce que la volonté dépend elle-même de facteurs sociaux. Il est plus facile d’être motivé si l’on est encouragé par sa famille, si l’on est entouré d’amis qui font la même chose que nous, etc. Bien qu’elle soit intéressante à plusieurs égards, la pédagogie de Jacotot ne me paraît donc pas vraiment émancipatrice, parce qu’elle renvoie tous les échecs à de la « paresse » ou de la « distraction » au lieu d’attaquer les causes sociales des inégalités.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Derainne Lucien (23 janvier 2022). Pédagogie : pour ou contre Jacotot ? Ébruiter les méthodes. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzoa


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search