Dans le même sac : comment la polémique délimite des corpus

L’une des dernières critiques inventées contre l’université a pris la forme d’un mot : l’islamo-gauchisme. Ceux qui ont créé ce mot-valise voulaient notamment critiquer le fait qu’une partie de la recherche universitaire serait militante – et la question pourrait-être intéressante si elle était posée en d’autres termes, et dans un contexte apaisé. Il faudrait par exemple se demander si la « neutralité » peut vraiment exister (le choix d’un sujet de recherche n’est-il pas déjà une forme d’engagement ?), si bien qu’au lieu de prétendre être pur et désintéressé, la seule rigueur valable consisterait à expliciter ses propres biais, sans prétendre s’en absoudre. De même, il faudrait se demander si l’engagement des chercheurs et chercheuses précède la science ou s’il n’est pas parfois une conséquence de la recherche : peut-on travailler sur les écosystèmes sans devenir écologiste ? étudier la condition ouvrière sans finir par en prendre sa défense ? etc.

Néanmoins, l’objet de cet article n’est pas de faire avancer ces questions de fond, mais de s’interroger sur cette opération rhétorique, fréquente en contexte polémique, qui consiste à « mettre dans le même sac » des choses très différentes. Jean-Michel Blanquer, lorsqu’il lance le mot « islamo-gauchiste », utilise exactement la même stratégie que Marine Le Pen lorsqu’elle parlait d’« UMPS ». Il s’agit d’identifier plusieurs adversaires potentiels (la gauche, les islamistes, etc.) et de les amalgamer dans un terme synthétique, qui permet de les attaquer tous ensemble, en élargissant les préjugés d’un groupe à l’autre (islamo-gauchiste = les gauchistes sont aussi dangereux que les islamistes + les islamistes sont aussi idéalistes que les gauchistes…).

Si l’on s’extrait des questions d’actualité, je crois que ce type d’opération rhétorique serait extrêmement intéressant à prendre en compte dans un travail d’histoire de la pensée. Il s’agirait de comprendre comment la polémique opère des découpages inhabituels dans une époque, ou crée des corpus inattendus.

Ainsi, j’étudie actuellement les débats autour des mots méthode et talent à la fin du 18e siècle et au début du 19e. Il existait alors de nombreuses positions philosophiques, très différentes les unes des autres. Par exemple, le pédagogue Jacotot estime que tous les humains ont tous la même intelligence ; les talents n’existent pas, ce ne sont que des effets de la volonté et du travail. Helvétius, pour sa part, estimait que les talents étaient produits par les circonstances sociales (éducation, hasard…). Quant aux philosophes qu’on appelait les « Idéologues », héritiers de Condillac, ils réfléchissaient aux influences de l’organisme sur les facultés mentales… Bref, ces trois pensées différaient les unes et des autres, et Jacotot (notamment) critiquait vivement Helvétius et les idéologues. Pourtant, ses adversaires diront de ses propositions « C’est la méthode d’Helvétius » ou « C’est la méthode de Condillac ». Très rapidement, ils vont mettre toutes ces écoles philosophiques dans le même sac, sur lequel ils colleront l’étiquette « matérialistes » ou « idiologues ». En réponse, le médecin François Joseph Broussais tentera de discréditer le camp opposé en l’accusant de « kanto-platonisme ».

« Islamo-gauchisme », « kanto-platonisme »… Toutes ces étiquettes constituent des corpus de textes absolument incohérents. Mais ne pourrait-on pas, justement, les prendre comme objet d’étude, dans leur incohérence même ? Un corpus réunissant Jacotot, Helvétius ou Condillac n’a pas de sens philosophiquement, mais il est un très bon objet d’étude pour comprendre les peurs de ceux qui l’ont constitué : peur de l’égalité, de l’absence de grâce divine, etc.

Au fond, ces opérations polémiques font comprendre que la constitution d’un corpus n’est jamais un choix neutre. Dès que l’on opère un découpage, en délimitant un objet d’étude, on impose certains de nos préjugés ou de nos idées préconçues à l’époque ou au phénomène étudié. Des catégories à l’emporte-pièce comme celles qui naissent dans les polémiques rendent visibles des biais qui existent, à moins grande échelle, dans n’importe quel travail de recherche fondé sur un corpus.

Ironie du sort, le terme même d’« islamo-gauchisme » permet donc de comprendre que la neutralité ou l’objectivité n’existent pas en tant que tels. C’est pourquoi il n’est vraiment pas très intéressant d’approcher le débat de la neutralité universitaire avec d’aussi gros sabots – comme si la neutralité était une chose qui allait de soi, et que tous les militants faisaient nécessairement de mauvais universitaires. Il serait plus stimulant de lancer une véritable réflexion sur la fonction de la « réflexivité », sur « l’objectivation participante » défendue par Pierre Bourdieu, sur une historiographie comparée des cultural studies… Bref, affiner au lieu d’amalgamer ?


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Derainne Lucien (11 mars 2022). Dans le même sac : comment la polémique délimite des corpus. Ébruiter les méthodes. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzob


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search