L’expérience selon les « Trucs et Astuces »

Pour prolonger la réflexion entamée dans mon article précédent, où j’insistais sur l’importance, pour l’enseignant, de prendre en compte la manière dont les élèves se représentent l’acquisition d’expérience, on pourrait s’interroger à propos de la rubrique « Trucs et Astuces » qui conclut souvent les recettes de cuisine. Toute personne qui a un jour ouvert un livre de cuisine connaît ces petits encadrés qui viennent compléter une recette par un « secret de grand-mère » ou par un conseil du type : « Pour monter plus facilement la crème fraîche en chantilly, placer auparavant le saladier au réfrigérateur », etc.

Bien qu’elle nous soit très familière, cette rubrique repose sur un imaginaire tout à fait singulier de l’acquisition d’expérience, dont cette citation apocryphe de Bacon pourrait constituer la forme explicite :

« L’expérience, dit Bacon, deviendrait en quelque manière inutile, si nous avions des traités sur les petites choses. »

François-Joseph Double, Séméïologie générale, 1811, t. I, p. 17

Dans la vie de tous les jours, il y a une différence évidente entre le savoir et le savoir-faire. Par exemple, on peut savoir comment il faut théoriquement s’y prendre pour nager sans parvenir à nager pour autant. Dans les arts, les métiers ou les sports, il ne suffit jamais d’appliquer la théorie pour réussir dans la pratique mais il faut pratiquer, c’est-à-dire incorporer de l’expérience à force d’entraînements et de répétitions. Or, le « Trucs et Astuces » prétend dépasser ce problème en faisant comme si l’écart entre le savoir et le savoir-faire n’était pas une question d’application mais de rétention de l’information. Si l’on n’arrive pas à réaliser parfaitement la recette de notre grand-mère, ce n’est plus parce qu’on ne s’est pas assez exercé mais parce qu’elle ne nous a pas tout dit. Dans le « Trucs et Astuces », tout se passe comme s’il était possible de réduire l’ensemble du savoir-faire à des règles explicites. Un traité qui préciserait « toutes les petites choses » nécessaires pour réaliser correctement une action rendrait alors l’expérience inutile, suivant la prétendue maxime de Bacon.

Il est clair que cette représentation du savoir-faire est fausse. Aucun manuel ne permet de remplacer complétement la pratique. Néanmoins, tout en gardant à l’esprit que cet imaginaire du « Trucs et Astuces » est faux, on peut aussi reconnaître qu’il a une certaine utilité pédagogique.

D’abord (et c’est ce qui fait son succès dans les livres de cuisine), le « Trucs et Astuces » se présente comme une sorte de délit d’initié. S’il n’est pas intégré à la recette de cuisine mais figure toujours à la fin, isolé dans un encadré, c’est parce qu’il se présente comme un « bonus », un secret que l’auteur dévoile confidentiellement à son lecteur. Or, cette manière de délivrer une règle d’action a l’avantage d’être encourageante, au sens où elle crée une connivence pédagogique et où elle met en scène, d’une manière spectaculaire et politiquement pertinente, la diffusion du savoir – et ce n’est pas ce blog, intitulé « ébruiter les méthodes » qui s’y opposera.

Par ailleurs, tout en reconnaissant qu’un savoir doit être pratiqué pour devenir réellement un savoir-faire, et tout en organisant notre enseignement autour de cette mise en pratique, il me semble que le postulat du « Trucs et Astuces », suivant lequel tous les savoir-faire peuvent être explicités, constitue malgré tout un bon idéal pédagogique au sens où il force l’enseignant à trouver les mots qui guideront le mieux la pratique.

Ainsi, même s’il ne suffit pas à un élève d’apprendre les tableaux de conjugaison pour savoir conjuguer correctement ses verbes au futur dans une rédaction, faire suivre ces tableaux d’un « Trucs et Astuces » du type : « La terminaison des verbes au futur ressemble au verbe avoir au présent : je mange-ai, tu manger-as, il manger-a », etc., ne peut qu’être bénéfique.



Citer ce billet
Derainne Lucien (2023, 12 mars). L’expérience selon les « Trucs et Astuces ». Ébruiter les méthodes. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzof

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search