Une critique des compétences

Cela fait quelques années que l’idée de « compétence » est devenue très importante dans l’éducation. Il est ainsi de plus en plus demandé aux enseignants de ne pas évaluer les élèves avec des notes mais avec des « compétences ». Une écriture d’invention au collège ne recevra plus un 14/20 mais sera évaluée en fonction de plusieurs compétences définies par avance comme : « je sais écrire un récit cohérent », « je sais conjuguer correctement l’imparfait », « je sais argumenter », etc.

Ce changement de perspective qui vise à remplacer les « connaissances » par les « compétences » est le plus souvent justifié par deux arguments : 1) La compétence permet d’insister sur la mise en pratique des savoirs dans des situations particulières. Ainsi, ce n’est pas parce qu’un élève connaît parfaitement les tables de conjugaison de l’imparfait qu’il saura forcément les appliquer lorsqu’il écrit un récit. 2) L’évaluation par compétences permet de mieux expliciter sur quoi portent les difficultés de l’élève qu’une note synthétique sur 20.

À l’inverse, plusieurs critiques récurrentes sont formulées contre cette vision des choses. Les plus fréquentes pointent le flou qui entoure le concept de compétences, ou l’accusent d’encourager une vision utilitariste du savoir. Cette objection est tout à fait légitime au sens où l’école ne devrait pas se fixer pour seul but de former des individus productifs ou rentables économiquement mais elle devient, à mon sens, moins convaincante lorsqu’elle entend défendre à la place une « connaissance désintéressée » – qui n’existe peut-être pas, ou que les grandes œuvres littéraires, souvent polémiques ou politiques, incarnent en tout cas très mal.

J’ai personnellement des doutes sur cet argument anti-utilitariste et je ne trouve pas que les questions « À quoi bon ? » ou « À quoi ça sert ? », posées par des élèves, soient mauvaises ou soient des signes de décadence intellectuelle. L’idée d’un enseignement intéressé ne me choque pas, et je suis parfaitement prêt à dire que l’étude du français et de la littérature doivent servir à quelque chose ou doivent déboucher sur des savoir-faire. Le tout est de ne pas restreindre cette utilité aux attentes de l’économie (l’employabilité, la productivité) mais de l’étendre à des savoir-faire citoyens (l’esprit critique, l’inventivité, la sensibilité, etc.).

En revanche, la notion de compétence et son rôle croissant dans l’éducation me posent d’autres problèmes.

D’abord, elle est très individualiste et elle tend à faire disparaître la part politique des situations. En effet, dans une approche par compétences, l’élève idéal est celui qui sait mobiliser des ressources pour faire face à un problème concret. Ou, suivant un vocabulaire à la mode, il est celui qui parvient à « s’adapter » à une situation complexe. Mais peut-être qu’il existe des situations auxquelles il ne faudrait pas « s’adapter » mais qu’il faudrait critiquer, d’un point de vue structurel. Face à une situation en tension à l’hôpital, on peut toujours former les médecins à l’éthique ou renforcer leurs compétences décisionnelles ; mais le vrai problème se trouve peut-être ailleurs que dans les compétences des agents. Ce n’est pas leur manque de « compétence » qui est à l’origine de la crise de l’hôpital mais des facteurs sociaux et politiques qu’un citoyen devrait repérer et critiquer. La logique des compétences me semble favoriser une vision du monde « la tête dans le guidon », où chacun s’efforce de résoudre au mieux les situations qu’il rencontre, mais où la délibération collective et la décision politique sont réduites d’autant.

Par ailleurs, l’idée de « compétence », centrée sur l’individu et sur ses capacités d’action actuelles, occulte le fait que les savoir-faire ont été élaborés collectivement au cours de l’histoire. Derrière les compétences se trouvent des « méthodes » (au sens que ce blog donne à ce mot), c’est-à-dire des savoir-faire enseignables et perfectibles avec le temps. Nous héritons par exemple de méthodes d’argumentation, issues d’une longue tradition rhétorique, et perfectionnées de siècle en siècle. Dans cette perspective, l’objectif ultime de l’enseignement n’est pas tant d’apprendre aux élèves à utiliser ces ressources dans une situation complexe que d’augmenter ou d’améliorer avec eux cet héritage commun. Cette approche de l’enseignement par les méthodes me paraît plus démocratique et plus émancipatrice pour les élèves qu’une approche par compétences puisqu’elle mobilise l’inventivité et la critique au lieu de l’adaptation, et met en avant la solidarité envers les générations futures au lieu de s’enfermer dans une approche individualiste. À la longue, elle pourrait même paradoxalement s’avérer plus efficace, même sur un plan strictement utilitaire, puisqu’elle contribue à élever l’enseignement lui-même en le perfectionnant, au lieu de se contenter de répéter le même cours d’années en années. Chaque génération d’élèves bénéficie ainsi du travail des générations précédentes, le temps perdu à perfectionner les compétences pour autrui étant compensé par le fait qu’on est aussi bénéficiaire de ce travail collectif.

Pour aller plus loin (et pas forcément dans la direction que je défends ici), voici deux articles en libre accès qui m’ont intéressés sur les compétences :

Bernard Rey, « La notion de compétence : usages et enjeux », Le français aujourd’hui, n° 191, 2015/4, p. 15-24.

Grégory Aiguier, « De la logique compétence à la capacitation : vers un apprentissage social de l’éthique », Éthique publique, vol. 19, n° 1 | 2017



Citer ce billet
Derainne Lucien (2023, 19 mars). Une critique des compétences. Ébruiter les méthodes. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzog

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search