Réinventer la science par la science-fiction

Pourquoi le genre littéraire consacré à la description d’un monde futuriste s’appelle-t-il « science-fiction » et pas « avenir-fiction » ? Cette expression révèle d’abord que nous avons la fâcheuse tendance de réduire le progrès au progrès technique et scientifique, au détriment des évolutions de la société, de l’art, de la culture. Cette première limite, heureusement, est souvent dépassée dans les récits de science-fiction, qui (pour les meilleurs) prennent le temps d’imaginer aussi des évolutions sociales indépendantes de la technologie, comme de nouvelles formes de religions, de relations amoureuses, de formules de politesse, etc.

Cependant, l’expression « science-fiction » met en lumière une seconde limite, peut-être plus profonde que la première. Certes, presque tous les récits de science-fiction imaginent des applications futures de la science : les voyages intergalactiques, les réseaux de surveillance, les hologrammes, les nouveaux carburants… En revanche, ils sont bien moins nombreux à prendre position sur ce que pourrait être le futur de la science elle-même. La très grande majorité d’entre eux part de la science telle qu’elle se pratique aujourd’hui et se contente d’extrapoler ses résultats à venir. Cependant, l’histoire des sciences n’est pas qu’une histoire des résultats de la science. Des travaux récents, comme ceux de l’épistémologie historique, ont bien montré que la science elle-même avait évolué au cours du temps.

Un exemple : à quelle condition une expérimentation est-elle scientifique ? Aujourd’hui, on estime qu’il doit être reproductible, conduite selon un protocole standardisé, menée par un observateur objectif, accompagnée de procédures de vérification, etc. Mais au 17e siècle, ces critères étaient différents. Une expérimentation devenait scientifique si le savant pouvait citer des personnes de bonne réputation, de haute vertu ou d’un rang social élevé, afin d’attester que l’expérience s’était bien déroulée comme le décrivait le texte. Or, si nous avons abandonné ce critère, rien ne dit que dans trois cents ans les critères qui définissent aujourd’hui le « scientifique » seront restés les mêmes. Notre science n’est pas plus définitive que celle du 17e siècle…

Malgré cela, la science-fiction se risque très rarement à imaginer l’avenir méthodologique de la science. Les plus osés se contentent d’imaginer de nouvelles disciplines scientifiques comme dans Fondation d’Isaac Asimov, ou un nouveau rapport entre science et religion comme le fait le groupe d’Hiroko dans Mars la verte de Kim Stanley Robinson. En revanche, la façon de faire de la science reste souvent la même qu’aujourd’hui : on travaille entre chercheurs, on écrit des articles, on agit dans des laboratoires, les savants s’efforcent d’être objectifs…

Un exemple intéressant de ce manque d’imagination méthodologique est le cas du très bon roman d’Ursula Le Guin, Les Dépossédés. Le héros, physicien provenant d’une planète organisée selon les règles de l’anarchie politique, se rend sur une planète capitaliste. Alors que tout est très juste dans le roman, on peut en revanche être déçu de voir que la science que pratique le héros ressemble beaucoup à la nôtre. Elle semble plus ouverte à la religion mais à part ça, elle s’écrit à coup d’articles, s’enseigne à l’université, donne lieu à une guerre des publications. Pourtant, il était possible de concevoir une science authentiquement anarchique. C’est ce que propose Paul Feyerabend dans Contre la méthode en défendant l’« anarchisme méthodologique », une proposition théorique qui permet de concevoir une science sans méthode, où la scientificité d’un résultat proviendrait principalement de la critique entre pairs.

De la même façon, on pourrait imaginer des univers où la science serait devenue collaborative, en faisant appel systématiquement l’ensemble des citoyens ; des univers où l’on aurait renoncé à l’objectivité au profit d’une science engagée, fondée sur de nouveaux procédés de vérification ; des univers où il existerait un métier de « critique de la science » comme il existe aujourd’hui des « critiques littéraires ». Etc.

Notre difficulté à imaginer des futurs qui ne soient pas seulement réinventés par la technologie vient peut-être avant tout de notre difficulté à imaginer collectivement d’autres formes possibles de la science. Mais pour rouvrir les possibilités de ce côté-là, il faudrait enseigner davantage l’histoire des sciences.



Citer ce billet
Derainne Lucien (2023, 3 avril). Réinventer la science par la science-fiction. Ébruiter les méthodes. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzoh

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search