Journal de recherche. Octobre 2023

Sommaire

Modeste Mignon ; langue française ; langue universelle ; les sciences cassantes ; Lavoisier ; interprétations du Loup et l’Agneau ; un spectacle de Béatrice Massin ; pour ou contre la science ouverte ; vulgarisation ou sensibilisation ? ; le rire absolu ; se passionner pour ou par ? ; vulgariser les méthodes ; de quelle couleur est la pensée ? ; pour une poétique de l’ennui ; interpréter ; A bas les éditions spéciales ! ; Abélard démasqué ; notre besoin de mystification ; communication scientifique vs communication littéraire ; Les Deux cultures ; Le Règne animal ; rêver qu’on vole ; Rétif et la planète des singes ; technoscience ; tous auteurs ! ; lecture ou imprégnation ? ; triche à l’école ;

30 octobre 2023. Je commence Modeste Mignon, un roman de Balzac que je n’avais pas encore lu. J’aime beaucoup la première phrase :

Vers le milieu du mois d’octobre 1829, monsieur Simon Babylas Latournelle, un notaire, montait du Havre à Ingouville, bras dessus bras dessous avec son fils, et accompagné de sa femme, près de laquelle allait, comme un page, le premier clerc de l’Étude, un petit bossu nommé Jean Butscha.

Il y a plein de petites histoires dans ce début. J’aime l’effet comique produit par l’immense nom extrêmement pompeux “Monsieur Simon Babylas Latournelle” (on entend Babylone) et la qualification très triviale qui suit (un notaire – l’effet décevant n’aurait pas été le même sans le “un”). J’aime bien tous les rapports de hiérarchie qui transparaissent : le mari est “bras dessus bras dessous”, non avec sa femme, mais avec son fils. Le clerc les suit dans une posture de subordination. Curieux de voir ce que vont donner toutes ces amorces dans la suite.

J’écoute avec curiosité le discours d’Emmanuel Macron pour l’inauguration de la cité de la langue française à Villers-Cotterêts. Il brasse tous les grands mythes de la langue française (la langue forgée par ses écrivains, une langue universaliste et claire, une langue à protéger contre l’écriture inclusive, etc.). Il est toujours un peu atterrant de voir le décalage entre la recherche et le discours des politiques. C’est sans doute vrai dans n’importe quel domaine, mais concernant la langue ça s’explique surtout par la présence de l’Académie française, qui défend une conception non-scientifique de la langue faisant écran entre le pouvoir et la recherche. — Cela dit, ce serait tout aussi problématique que les linguistes fassent autorité sur la question, puisque cela laisserait entendre que la langue ne serait qu’une question de fait, devant se plier face à la science ou à l’érudition. C’est plutôt une question de politique : chacun d’entre nous peut peser dans la balance en modifiant l’usage à sa guise. Rien d’inquiétant là dedans : c’est même plutôt enthousiasmant de la voir changer.

28 octobre 2023. Pour continuer sur Condorcet, après m’être intéressé à ses écrits sur les “méthodes techniques“, j’ai lu ses fragments sur la langue universelle. L’une des choses qui m’intéressent dans ce projet visant à créer une langue méthodique universelle est le fait que Condorcet se préoccupe (dans l’Esquisse d’un tableau historique sur les progrès de l’esprit humain) de l’universalité sociale de sa langue. Il est en effet facile d’imaginer une langue universelle – anglais, mathématique, latin, espéranto, etc. – partagée par une élite internationale. Mais cette langue serait-elle démocratique ? Permettrait-elle de réconcilier le peuple et les élites ? Condorcet a au moins le mérite de poser la question, à défaut (selon moi) de la résoudre.

26 octobre 2023. L’opposition entre les “sciences dures” et les “sciences molles” deviendrait un peu plus intéressante si l’on parlait de “sciences cassantes” et de “sciences molles”. D’abord, comme l’adjectif cassant est à peu près aussi péjoratif que celui de mou, le jugement de valeur sous-jacent serait effacé. Surtout, ces mots souligneraient le paradoxe suivant : les sciences cassantes produisent des résultats supposés plus solides mais qui durent pourtant moins longtemps que ceux des sciences “molles” (il arrive par exemple fréquemment qu’on cite aujourd’hui des thèses des années 1950 en lettres alors que c’est beaucoup plus rare en physique). – Soit dit sans jugement, puisque c’est justement leur capacité à être réfutées qui rend les sciences cassantes intéressantes.

25 octobre 2023. Lecture des livres de chimie de Lavoisier. C’est lui qui a imposé les mots oxygène (“qui crée les acides”), azote (“qui prive de la vie”) ou hydrogène (“qui crée de l’eau”). Cette invention intervient dans un contexte intellectuel où de nombreux ouvrages étaient écrits sur la néologie (la création de mot) : c’est un point que va d’ailleurs aborder la prochaine séance du séminaire 1800 organisée par Stéphanie Genand et Jean-Marie Roulin. Du point de vue de Lavoisier, ces nouveaux termes lui permettent surtout d’imposer à ses collègues chimistes ses propres hypothèses puisque c’est justement lui qui venait de montrer qu’on pouvait synthétiser de l’eau en combinant de l’oxygène et de l’hydrogène. Le fait que tout le monde parle encore aujourd’hui d’hydro-gène (alors que l’hydrogène permet évidemment de produire bien d’autres substances que de l’eau) montre qu’il a réussit son coup !

23 octobre 2023. Visionnage du “Loup et l’Agneau” de Beatrice Massin pour prolonger le spectacle du 21. Ce qui m’intéresse dans les Fables de La Fontaine, c’est qu’il possède une véritable connaissance des habitudes et des particularités des animaux qu’il met en scène et que ces observations animalières renforcent encore paradoxalement la dimension humaine des situations décrites. C’est le cas aussi dans cette chorégraphie, où les mouvements bien observés de l’agneau (quand il se lève) accentuent la fragilité du personnage. Chaque interprétation enrichit ainsi notre compréhension d’un même texte. Je me souviens que la mise en scène de cette même fable par Robert Wilson m’avait par exemple fait comprendre le fait que les paroles de l’agneau imitent en partie ses bêlements (avec de nombreux sons ou èr sur lesquels l’acteur peut insister).

21 octobre 2023. Spectacle de danse Requiem – La mort joyeuse de la chorégraphe Béatrice Massin. Il y a un beau moment où les douze danseurs et danseuses s’habillent un à un avec des robes en même temps que la marée monte sur le plateau qui représentait jusqu’ici une plage. Belle correspondance visuelle entre les robes qui flottent dans l’air et les vagues qui viennent lécher le plancher. Il faut avoir ces rimes sensibles à l’esprit pour comprendre certaines images poétiques (par exemple les robes humides dans les poèmes “Mémoire” de Rimbaud ou “Je vous vois encore” de Verlaine).

Eh ! l’humide carreau tend ses bouillons limpides !
L’eau meuble d’or pâle et sans fond les couches prêtes.
Les robes vertes et déteintes des fillettes
font les saules, d’où sautent les oiseaux sans brides.

Mémoire de Rimbaud

20 octobre 2023. Dilemme de la science ouverte, bien exposé lors de l’AG de mon équipe de recherche. D’un coté, la science ouverte permet de lutter contre les injustices épistémiques en diffusant librement le savoir scientifique aux chercheurs et chercheuses du monde entier (argument très bien développé dans les travaux de Florence Piron). De l’autre, la science ouverte met en danger la diversité des petits éditeurs et des revues qui constituent la richesse d’un domaine de recherche, particulièrement en lettres.

19 octobre 2023. Visite de l’exposition Terra incognita au Musée des Confluences de Lyon. C’est une expérience d’immersion sonore et visuelle dans les régions polaires ou au passage du Cap Horn. Comme je lis actuellement des essais sur la vulgarisation, le dispositif me fait réfléchir : ce n’est pas à proprement parler de la vulgarisation puisque l’exposition ne transmet aucun savoir. Elle donne plutôt une expérience sensible d’un domaine à explorer ; c’est une sensibilisation. En fait, ce qu’on appelle “Vulgarisation” devrait peut-être être décomposé en une multitudes d’opérations et appréhendée de manière très globale, à l’échelle de la culture ?

18 octobre 2023. Deux exemples stupéfiants de rire dans mes lectures et visionnages récents. Le rire du Docteur Van Helsing dans Dracula au moment de l’enterrement de Lucy (dont il sait qu’elle va devenir un vampire) et le rire de Charlton Heston dans La Planète des singes quand il voit son collègue planter le drapeau américain sur la planète où ils viennent d’atterir alors qu’à cause du saut temporel les Etats-Unis ont dû disparaître depuis des millénaires. J’ai envie de parler de “comique absolu” dans les deux cas, mais je ne suis pas sûr que cela corresponde à ce qu’en dit Baudelaire (rire de l’homme qui se sent supérieur à la nature même). C’est plutôt un rire où les personnages se moquent de la faiblesse de la nature humaine dans son ensemble.

17 octobre 2023. Au début du 19e siècle, on avait l’habitude de construire le verbe passionner avec deux compléments circonstanciels qui distinguaient le but et la cause. Par exemple, chez Balzac un personnage est « passionné par sa rectitude instinctive pour les projets d’une grande utilité ». J’ai l’impression qu’on a perdu cette nuance maintenant que l’on dit « je suis passionné par la littérature » au lieu de « je suis passionné pour la littérature ». L’objet de notre passion semble être devenu une cause suffisante pour provoquer cette passion, ce qui nous empêche de réfléchir à l’origine de nos intérêts pour un objet ou pour une question.

16 octobre 2023. C’est l’éducation “qui détient le privilège quasi exclusif de la transmission des méthodes utilisées dans les sciences.” (Baudoin Jurdant, Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique, 2007 [1973], p. 61). Rareté et difficulté d’une vulgarisation qui porterait sur les méthodes de la science…

Les belles images de Moebius pour le film Les Maîtres du temps, très “à la Gustave Doré”. Avec en prime une représentation jaune et bleue de “la pensée pure”. De quelle couleur représente-on la pensée ? Une question à poser.

15 octobre 2023. Une oeuvre d’art à réaliser : faire une conférence extrêmement ennuyeuse (à l’occasion d’un colloque ou autre) puis ramasser à la fin les papiers que les auditeurs auront gribouillé pour tromper leur ennui et les exposer. [Figures de style permettant de produire de l’ennui : multiplier les digressions et les précautions oratoires. “Ce que, si j’en avais le courage, j’oserai peut-être appeler de ce nom trop souvent utilisé mais rarement compris l’esthétique. Enfin je dis esthétique mais au sens étymologique de l’aisthésis – sensation en grec – et pas dans le sens que etc etc.”]

14 octobre 2023. Interpréter un texte, c’est l’art de trouver un équilibre entre deux exigences : prendre en compte le plus grand nombre possible d’éléments du texte étudié et produire un commentaire qui a du sens pour nous. C’est comme un lancer de disque : si on tire à la verticale, en utilisant le texte comme un prétexte pour développer nos fantasmes, le disque nous retombe dessus ; mais si on se contente de le faire rouler à terre, sans oser le lancer, il ne va pas très loin. Il faut trouver le meilleur angle, celui qui va permettre de produire une pensée qui va loin en se soutenant elle-même.

13 octobre 2023. Le traitement médiatique des attentats me terrifie toujours presque autant que les attentats eux-mêmes. On se dit que de telles “éditions spéciales” ne peuvent que contribuer à crisper tous les problèmes : les fanatiques seront encore plus fanatisés par le bruit que provoquent leurs actions ; les sensationnalistes trouveront de quoi clarifier encore davantage leurs peurs ; les amateurs d’amalgames se rassureront en continuant à simplifier leur vision du monde… La façon dont on transmet l’information peut contribuer à empirer ou à améliorer la situation décrite ; et malheureusement, c’est souvent le premier cas qui se vérifie.

Il faut voir et revoir des films de procès (aujourd’hui Le Procès Goldman, la semaine dernière Anatomie d’une chute) pour comprendre l’importance de la parole dans nos jugements spontanés. Il faut un véritable effort pour admettre que celui qui parle bien peut avoir tort et raison celui qui parle mal.

12 octobre 2023. Dans le même colloque qu’hier, une intervenante lit le début des lettres originales d’Abélard et Héloïse. Abélard, devenu depuis un symbole de l’amour-passion, se présente lui-même comme un séducteur stratège, un loup qui s’introduit dans la bergerie. Il est toujours instructif de voir ce que la postérité a oublié dans ses grands mythes : le rôle des aliénistes dans Dracula, les raisonnements de la créature dans Frankenstein, la sexualité dans le Journal d’Anne Frank etc.

Un livre à écrire : Comment se libérer des livres qu’on n’a pas lus.

11 octobre 2023. Dans un colloque sur les imposteurs au XVIIIe siècle à Strasbourg, une idée très suggestive pour comprendre notre propre culture : nous avons peut-être un besoin de mystification. C’est parce qu’il y a un plaisir à être trompé et que nous avons un désir pour l’invraisemblable ou pour l’horrifique que dans certaines fake news ou théories du complot, “plus c’est gros plus ça passe”.

10 octobre 2023. Dans Le Renard et le hérisson, Stephen J. Gould a deux remarques très justes sur la communication en sciences expérimentales et dans les sciences humaines. Du côté des sciences expérimentales, Gould note que la méfiance des chercheurs envers la “belle écriture” les rend paradoxalement plus vulnérables face à la “puissance de la prose” (chose que j’ai plusieurs fois eu l’occasion de noter également – pas pour les sciences expérimentales mais pour les chercheurs en économie, qui peuvent vraiment être subjugués lorsqu’ils entendent un texte bien écrit). Du côté des sciences humaines, Gould déplore l’habitude qu’ont pris les universitaires de lire un texte préécrit lors des colloques, comme si prononcer à haute-voix un texte suffisait à le rendre oral.

9 octobre 2023. Lecture des Deux cultures (1959) de Charles Percy Snow, le livre que l’on cite toujours quand on parle des rapports entre la littérature et la science. Quel texte problématique ! Snow dit qu’il avait hésité à l’intituler Les Riches et les Pauvres et c’est en effet un titre qui lui aurait mieux convenu : l’opposition des littéraires aux scientifiques n’est qu’un prétexte pour défendre ensuite le fait que l’Angleterre devrait s’impliquer dans le développement industriel du Tiers-Monde si elle ne veut pas laisser l’URSS marquer des points dans ces pays… La meilleure réponse à ce texte (ou en tout cas la plus fidèle à son esprit) est donc d’aller lire ce que les intellectuels du Sud écrivent aujourd’hui à son sujet. Boaventura de Sousa Santos (Epistémologies du Sud, 2016, p. 283, 243) : un transfert de science du Nord vers le Sud ne peut que s’accompagner d’un prolongement de la domination coloniale (cf. dépendance de l’agriculture à Monsanto, etc.). Il faudrait plutôt cultiver des savoirs locaux, et pour cela le paradigme des deux cultures est un obstacle.

8 octobre 2023. film Le Règne animal de Thomas Cailley au cinéma. C’est un bon exemple dont l’art accompagne un changement de mentalité (ici notre rapport à la nature) en remodelant la sensibilité : ici le réalisateur utilise tout l’imaginaire horrifique des hybrides humains-animaux mais nous apprend à les regarder sans peur.

Pour réussir une telle conversion de l’imaginaire, on peut bien sûr faire du neuf, mais le plus efficace est souvent de réactiver d’autres imaginaires anciens, qui vont dans le sens de celui qu’on essaie de défendre. Dans le film, le visage des créatures réactive ainsi les portraits de la physiognomonie de Lebrun, qui n’étaient pas terrifiants.

La présence, dans le film, d’un personnage d’homme-oiseau qui vole en battant des ailes-bras me rappelle cette magnifique analyse de Gaston Bachelard, dans L’Air et les songes, que j’ai évoquée plusieurs fois en cours. Gaston Bachelard explique que lorsqu’on s’imagine voler, ce n’est jamais en battant les ailes mais plutôt en flottant ou en planant. Faites la liste de tous les personnages imaginaires volants dont vous vous souvenez, vous vous rendrez compte que les personnages battant des ailes-bras sont rarissimes. Bachelard se sert alors de cette loi de l’imaginaire pour proposer une analyse très fine du mythe d’Icare qui fait justement exception à la règle.

7 octobre 2023. Je regarde La Planète des singes (1968) en prévision d’un cours où je voudrais parler de L’An 7777, une nouvelle insérée dans Les Nuits de Paris (1788) de Rétif de la Bretonne où le narrateur découvre un Paris futuriste retourné à l’état sauvage après un cataclysme. La flèche de Notre-Dame dépasse du sable comme la statue de la liberté à la fin du film.

Une chose amusante avec ce film : le scénario n’est crédible qu’à cause du manque d’imagination patent de tous les films de science-fiction. C’est parce que nous avons l’habitude qu’on nous représente les extraterrestres comme des humains légèrement modifiés (d’une autre couleur, avec plus de poils, une queue, etc.) qu’on ne se formalise pas, au départ, de découvrir une planète extraterrestre avec des singes et des humains. Si l’industrie du cinéma était plus inventive habituellement, le spectateur comprendrait tout de suite que le héros est retourné sur Terre.

Excellent dialogue au début du film où Charlton Heston questionne son collègue sur les raisons qui l’ont poussé à faire ce voyage. La gloire ? La pression des pairs ? Manque de chance, à cause de la distorsion temporelle, ils sont tous morts depuis 2000 ans. L’immortalité ? Eh bien, tu l’as presque atteinte. Quelle raison de vivre peut résister à un saut temporel de vingt siècles ? Finalement, c’est peut-être celle du troisième astronaute qui résiste le mieux : la curiosité scientifique… C’est une chose à garder en tête, ce mois-ci où je lis des essais constructivistes sur la science : il y a quand même quelque chose de transcendant derrière cette activité.

Peut-être serait-il donc possible de faire de la science pour la science, de la belle-science en quelque sorte (sur le modèle des beaux-arts). Mais s’en tenir à cet idéal quand la science débouche sur des applications technologiques ou sur le renforcement d’idéologies néfastes, c’est être un peu inconscient.

6 octobre 2023 : interview de Bruno Maquart, président d’Universcience, dans la « conversation scientifique » sur France culture, à propos de la fête de la science. Comme d’habitude, rien ou presque n’est dit des sciences humaines et sociales. L’intervenant paraphrase d’ailleurs parfois le mot science par « les avancées technologiques ». Conception de « l’esprit critique » strictement réduite aux biais cognitifs (biais de confirmation, biais de négativité, etc.) : comme si l’esprit critique visait uniquement à s’auto-critiquer et surtout pas à critiquer la société.

Excellente citation d’Habermas donnée par l’interviewé. En substance : l’invention de l’imprimerie a fait de tout le monde un lecteur potentiel mais il a fallu encore beaucoup de temps pour que l’alphabétisation soit généralisée. De même, l’invention d’internet fait de tout le monde un auteur potentiel ; mais il reste maintenant à créer les conditions pour que chacun puisse le devenir réellement.

Écoute du Dracula de Bram Stoker en livre audio. Il y a des livres qu’on connaît avant de les avoir lus (preuve qu’on ne peut en rester aux théories littéraires de la lecture, et qu’il faudrait aussi développer des théories qui permettent de penser l’influence d’un livre par imprégnation culturelle). La lecture est alors une façon de se libérer de ce qu’on a assimilé à son insu, en revenant à la source de nos schémas de pensée.

5 octobre 2023

Dans le film Isabelle Stengers, Fabriquer de l’espoir au bord du gouffre (2023) : scandale de l’école qui apprend aux enfants qu’aider ses camarades est de la triche. Inventer un dispositif pédagogique qui valorise la solidarité y compris lors des contrôles ?

Image du film de Fabrizio Terranova sur Isabelle Stengers



Citer ce billet
Derainne Lucien (2023, 8 octobre). Journal de recherche. Octobre 2023. Ébruiter les méthodes. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzoj

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search