Ma critique du « baromètre de l’esprit critique »

Vendredi dernier, 6 octobre, j’ai écouté l’interview de Bruno Maquart, président d’Universcience (réunissant plusieurs institutions dont le Palais de la découverte), dans « La Conversation scientifique » d’Étienne Klein sur France Culture. À un moment, Bruno Maquart mentionne la production d’un « baromètre de l’esprit critique » réalisé par Opinion Way en 2023. En désaccord avec la conception de la science et de la vulgarisation défendue au cours de l’interview, je suis allé voir de plus près ce « baromètre » et je vous livre ici quelques réflexions à son sujet.

Lien vers le rapport d’Opinion Way sur l’esprit critique : https://www.universcience.fr/fileadmin/fileadmin_Universcience/fichiers/Esprit_critique/OpinionWay_pour_Universcience_-__Barometre_de_l_esprit_critique_2023_-_Rapport_Vdef.pd

Lien vers la page d’universcience exposant les résultats du sondage : https://www.universcience.fr/fr/esprit-critique/barometre-de-lesprit-critique-2023

D’abord, comme c’est pratiquement toujours le cas, le rapport d’Opinion Way ne fait aucun effort pour vulgariser la méthodologie utilisée pour réaliser ce sondage. Les 2048 personnes qui ont répondu aux questions ont-elles eu le choix de refuser de participer (si c’est le cas, il pourrait y avoir un biais de sélection au sens où seules les personnes ayant des choses à dire ont répondu) ? Savaient-elles que le questionnaire portait sur leur rapport aux sciences (ce qui peut influencer le fait qu’elles citent la science parmi leurs centres d’intérêt) ? Le rapport se contente de dire : « l’échantillon a été interrogé par questionnaire auto-administré en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview) ». Quand comprendra-t-on que la première chose à faire pour développer l’esprit critique serait de rendre les citoyens capables de juger par eux-mêmes la fiabilité des chiffres qu’on leur présente, en leur expliquant clairement la méthode utilisée ?

Le premier résultat de l’enquête est que « 23% des sondés citent [la science] comme centre d’intérêt », ce que le site d’universcience interprète comme un signe de l’intérêt des français pour la science en ajoutant aussitôt : « c’est plus que l’actualité économique ou que les beaux-arts par exemple. » Or, cette manière de présenter les choses passe sous silence le fait que la science arrive en fait à la 11e place sur les 14 possibles, et que si elle passe en effet devant l’économie ou les beaux-arts, elle arrive derrière l’aménagement de la maison, le bricolage, la mode, la lecture, les voyages, le sport, etc. La moindre des choses pour un baromètre consacré à l’esprit critique serait de laisser le lecteur se faire sa propre opinion, sans essayer de manipuler son interprétation des résultats…

La deuxième question proposée aux sondés est : « Quand vous étiez élève, vous considériez vous ? A) Plutôt comme un(e) scientifique ; B) Plutôt comme un(e) littéraire ; C) Ni l’un ni l’autre ; D) ne sait pas. » La question est parfaitement scandaleuse dans un sondage de cette nature, car elle oblige les sondés à réduire la science à ce qui s’appelle « science » dans les cursus scolaires, c’est-à-dire les mathématiques, la physique-chimie, la SVT. Quelqu’un de passionné par la sociologie ou l’économie, n’ayant pas été en filière « scientifique », aura donc répondu « Ni l’un ni l’autre » alors que la sociologie est bel et bien une science. Le formulaire construit peu à peu une vision restrictive et très problématique de son objet. Par ailleurs, est-ce que le fait de se sentir « littéraire » est vraiment un signe d’éloignement de la science ?

La suite du questionnaire porte sur la perception sociale de la science et sur sa fiabilité.  Le rapport annonce ainsi « des perceptions qui peuvent aussi se traduire par un certain relativisme à l’égard de la science » et illustre ce point à travers les réponses à la question « la science est-elle la seule source fiable de savoir sur le monde ? ». Or, il y a un écart abyssal entre cette question et la posture du relativisme. Être relativiste, c’est considérer que la science n’est qu’une pure construction sociale, le résultat d’un rapport de force, et que tous les savoirs se valent. Ce n’est pas du tout parce qu’on estime qu’il existe d’autres sources de savoirs fiables que la science (la littérature, l’art, l’expérience, l’intelligence pratique…) qu’on serait relativiste !

Vous pouvez aller lire les « enseignements » qu’universcience tire de cette étude sur leur site. Pour ma part, je tirerai trois conclusions personnelles à la lecture de ce sondage :

  • La conception même de ce sondage témoigne d’une inculture sur ce que c’est que la science. La preuve en est que si un épistémologue ou un historien des sciences répondait à ce sondage, il serait classé parmi les personnes éloignées de la science, alors même qu’il s’agit de son objet d’étude. Les concepteurs du sondage semblent considérer que les seules vraies sciences sont les sciences exactes et expérimentales ; que la science devrait être considérée comme l’unique source de connaissance sur le monde ; etc. À rebours de ces idées, il serait temps de mettre enfin « la science en culture », comme le proposait Lévy-Leblond.
  • Les chiffres du sondage montrent un phénomène qui n’est pas repris par le site d’universcience, c’est que les gens « passionnés » de science sont aussi ceux qui sont les plus nombreux à estimer qu’« un résultat scientifique ne peut pas être discuté ou débattu » et que « les théories scientifiques ne changent jamais ». Ce sont aussi eux qui affirment préférer échanger uniquement avec des gens de leur propre opinion. Ces résultats sont terrifiants, car ils montrent que les « passionnés » de science ont une ignorance profonde de l’histoire des sciences et qu’ils tendent à l’ériger en une autorité indiscutable, ce qui est exactement le contraire de l’esprit critique et de la démarche scientifique elle-même. Si ces chiffres sont exacts, il faudrait s’interroger d’urgence sur ce que l’on fait en cherchant à passionner les gens pour la science : loin de créer des esprits éclairés, on crée des fanatiques ! C’est tout le modèle de la vulgarisation traditionnelle qui devrait être repensé pour éviter ce biais.
  • Les sondés affirment que ce sont les sciences humaines, et en particulier le cours de « français » qui leur ont appris l’esprit critique, bien devant les sciences expérimentales ou exactes. Je vous laisse tirer par vous-mêmes les conclusions de ce point.


Citer ce billet
Derainne Lucien (2023, 7 octobre). Ma critique du « baromètre de l’esprit critique ». Ébruiter les méthodes. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nzoi

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search