Pourquoi étudie-t-on peu d’ouvrages contemporains dans les cursus de lettres ?

Une déception souvent exprimée par les étudiants en lettres ou simplement par ceux qui consultent les programmes universitaires dans cette discipline, c’est que peu de cours sont réservés à l’étude de la littérature contemporaine. La place prise par les textes du passé dans la formation est alors interprétée comme le signe d’un enseignement conservateur ; et il est vrai qu’il y a sans doute une part de tradition dans le choix des programmes. Toutefois, il existe au moins une bonne raison pour privilégier l’étude des siècles passés par rapport à celle de la littérature contemporaine.

Tout le monde s’accorde au fond sur le rôle des études littéraires : le travail sur les textes n’a vraiment d’intérêt que s’il permet de mieux comprendre le monde actuel. Mais une fois posé ce constat initial, tout dépend du rôle que l’on accorde à la littérature.

Si l’on considère, comme le fit jadis Bonald, que la littérature est « l’expression de la société », qu’elle apporte un savoir sur le monde qui l’entoure, il est normal de lire en priorité les œuvres de son temps. Ce n’est pas grâce à Ferragus de Balzac que l’on comprendra les problèmes qui frappent actuellement les mendiants : il vaut mieux pour cela lire Les Naufragés (2001) de Patrick Declerck. De la même façon, les poèmes d’Antoine Emaz nous instruiront sans doute davantage sur les problèmes existentiels d’aujourd’hui que la lecture des Fleurs du mal.

Toutefois, s’il est vrai que l’on peut apprendre des choses sur la société en lisant, il n’est pas certain que l’enseignement universitaire ait un rôle à jouer dans ce processus. Les livres (heureusement) ne s’adressent pas qu’à des licenciés de lettres, et les étudiants ne sortent pas de leurs cursus en étant devenus simplement de meilleurs lecteurs.

En fait, la littérature n’est pas qu’un miroir de la société ; c’est aussi une cause qui fait changer les représentations. Or, c’est dans cette perspective qu’un détour par l’histoire prend tout son sens. En effet, si la littérature contemporaine parle bien d’aujourd’hui, son influence est en revanche très limitée : trop peu de gens la lisent et depuis trop peu de temps. Au contraire, des auteurs comme Balzac ou Baudelaire, cités plus haut, sont déterminants pour comprendre les façons présentes de penser. Non seulement ils ont été lus depuis plus d’un siècle, mais ils ont été suivis par tout un cortège d’imitateurs, si bien que tout le monde, lecteur ou non, a fini par prendre le pli de leur pensée. Demandez à une classe d’élèves n’ayant jamais lu l’un de ces deux auteurs de rédiger un roman ou un poème : ils écriront spontanément à la façon du 19e siècle, les uns en faisant des descriptions réalistes à l’imparfait, les autres en écrivant des vers rimés. Au-delà de la forme, c’est aussi d’une vision du monde que nous héritons. Lire Balzac, c’est prendre conscience d’une cause qui a influencé aussi bien Marx que les sociologues… Parcourir Les Fleurs du mal, c’est se familiariser avec un facteur décisif dans l’émergence de l’art tel qu’on le connaît aujourd’hui.

Si les études de lettres à l’université n’apprenaient qu’à lire, elles pourraient se contenter de guider les étudiants vers des oeuvres contemporaines ; mais parce qu’elles cherchent en réalité à expliquer la société en élaborant une véritable science humaine centrée sur les représentations, les discours, etc., il est normal qu’elles se concentrent sur les oeuvres qui, pesant depuis longtemps sur les phénomènes, ont fini par les déformer.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.