Épigraphes…

“Tous ceux qui s’intéressent à l’avancement des sciences devraient donner non seulement le journal de leurs observations, mais encore la chaîne des idées qui les ont produites, l’histoire naïve des variétés de leurs opinions pendant qu’ils observaient et des motifs qui ont déterminé leur choix : on apprendrait peut-être ainsi à agir comme eux, et à trouver comme la Nature.”

Jean Senebier, L’Art d’observer, 1775, t. II, p. 147.

“Ce n’est sûrement pas un hasard que la démarche spontanée de toute vraie recherche n’apparaisse pour ainsi dire jamais dans les textes ou le discours qui sont censés communiquer et transmettre la substance de ce qui a été “trouvé”. Textes et discours le plus souvent se bornent à consigner des “résultats” […]. Le consensus intériorisé en moi je ne serai dire depuis quand me dit […] : « Il est indécent d’étaler devant autrui, voire publiquement, les hauts et les bas, les tâtonnements foireux sur les bords, le “linge sale” en somme, d’un travail de découverte.”

Alexandre Grothendieck, Récoltes et semailles, 2021, t. I, p. 201-205.

“Ce serait une histoire fidèle de toutes les extravagances apparentes qui lui ont passé par la tête. Je dis extravagances ; car quel autre nom donner à cet enchaînement de conjectures fondées sur des oppositions ou des ressemblances si éloignées, si imperceptibles, que les rêves d’un malade ne paraissent ni plus bizarres, ni plus décousus ?” [à propos d’un physicien qui décrirait son travail de recherche].

Denis Diderot, Pensées sur l’interprétation de la nature, 1754

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search